Guerre en Ukraine : une continuité ?
  • Entretien avec Ioulia Shukan — maîtresse de conférences en études slaves — Université Paris Nanterre (Institut des sciences sociales du politique - CERCEC-EHESS/CNRS)
Depuis le 24 février 2022 et l’offensive russe, la mobilisation urkrainienne apparaît spectaculaire. Comment a-t-elle été préparée ? S’inscrit-elle dans le temps long ? Si elle remonte plus loin dans l’histoire ukrainienne, c’est en 2014 qu’elle commence vraiment, à l’époque des événements de la place Maïdan. Une sorte de « routine de guerre » s’est alors établie, une mobilisation citoyenne aux objectifs civils et militaires. Comment l’identité ukrainienne s’est-elle transformée au cours de ces années, à travers quelles pratiques sociales ? Comment y évolue le rôle des femmes ? En Ukraine, la guerre est une rupture, mais elle se lit aussi dans la continuité.
Résumé
Depuis le 24 février 2022 et l’offensive russe, la mobilisation urkrainienne apparaît spectaculaire. Comment a-t-elle été préparée ? S’inscrit-elle dans le temps long ? Si elle remonte plus loin dans l’histoire ukrainienne, c’est en 2014 qu’elle commence vraiment, à l’époque des événements de la place Maïdan. Une sorte de « routine de guerre » s’est alors établie, une mobilisation citoyenne aux objectifs civils et militaires. Comment l’identité ukrainienne s’est-elle transformée au cours de ces années, à travers quelles pratiques sociales ? Comment y évolue le rôle des femmes ? En Ukraine, la guerre est une rupture, mais elle se lit aussi dans la continuité.
Interview published on 11-04-2022
Last modified on 27-04-2022
Langue originale : French
  • Bibliographie de Ioulia Shukan
  • Bibliographie thématique

« De la résistance citoyenne en Ukraine », AOC, 3 mars 2022.

« Defending Ukraine at the Rear of the Armed Conflict in Donbas: Wartime Vigilantism in Odesa (2014–2018) », Laboratorium. Russian Review of Social Research, vol. 11, n°3, 2019, p. 71-104. 

« Émotions, liens affectifs et pratiques de soin en contexte de conflit armé. Les ressorts de l’engagement des femmes bénévoles dans l’assistance aux blessés militaires du Donbass », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 49, n°2, 2018, p. 131-169

Génération Maïdan. Vivre la crise ukrainienne, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2016.

(avec Alexandra Goujon), «  Sortir de l’anonymat en situation révolutionnaire. Maïdan et le citoyen ordinaire en Ukraine  (hiver 2013-2014) », Politix, vol. 28, n° 112, 2015, p. 33-57.

«  Intentional Disruptions and Violence in Ukraine’s Supreme Radar : political competition, order and disorder in a Post-soviet chamber (2006-2012)  », Post-Soviet Affairs, vol. 29, n° 5, 2013, p. 439-456. 

« Les cadres communistes face à la bifurcation de 1991  : les modes de gestion de la crise biographique », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 42, n° 3, 2011, p. 15-37.

« Orchestrating a Popular Protest Movement to Conduct a Revolution », in P. D’Anieri (dir.), Orange Revolution and Aftermath. Mobilization, Apathy and the State in Ukraine, Woodrow Wilson Press, John Hopkins University Press, 2011, p. 76-109.

Alexandra Goujon, Ukraine : de l’indépendance à la guerre, Éd. Le Cavalier Bleu, coll. « Idées reçues », 2021.

Anna Colin Lebedev et Ioulia Shukan (dir.), « S’engager dans la guerre du Donbass (2014-2018). Trajectoires individuelles et reconfigurations sociales », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 49, n°2, 2018. 

Anna Colin Lebedev, « Les combattants et les anciens combattants du Donbass : profil social, poids militaire et influence politique », Études de l’IRSEM, n°53, novembre 2017.

Tamara Martsenyuk, Anna Kvit et Ganna Grytsenko (dir.), « Invisible Battalion: Women’s Participation in ATO Military Operations: Sociological Research », 2016.