Génération Maïdan
  • Entretien avec Ioulia Shukan — maîtresse de conférences en études slaves — Université Paris Nanterre (Institut des sciences sociales du politique - CERCEC-EHESS/CNRS)
De l’occupation de la place Maïdan en novembre 2013 au basculement dans la lutte armée à partir de mai 2014, Ioulia Shukan interroge les représentations et les émotions qui soutiennent la politisation des citoyens ordinaires d’Ukraine. Faisant la part belle à leurs trajectoires et à leurs subjectivités, elle donne à voir les transformations de leur engagement, de la mobilisation à la violence, et de la violence à la réforme des institutions.
Résumé
Formée à la sociologie des élites, Ioulia Shukan livre ici une analyse de l’occupation de la place Maïdan et des destins politiques des engagés dans le mouvement « révolutionnaire » qui a secoué l’Ukraine à partir de l’automne 2013.
Entretien publié le 23-03-2017
Dernière modification le 11-04-2022
Langue originale : French Lire la version English
  • Bibliographie de Ioulia Shukan

« De la résistance citoyenne en Ukraine », AOC, 3 mars 2022.

« Defending Ukraine at the Rear of the Armed Conflict in Donbas: Wartime Vigilantism in Odesa (2014–2018) », Laboratorium. Russian Review of Social Research, vol. 11, n°3, 2019, p. 71-104. 

« Émotions, liens affectifs et pratiques de soin en contexte de conflit armé. Les ressorts de l’engagement des femmes bénévoles dans l’assistance aux blessés militaires du Donbass », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 49, n°2, 2018, p. 131-169

Génération Maïdan. Vivre la crise ukrainienne, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2016.

(avec Alexandra Goujon), «  Sortir de l’anonymat en situation révolutionnaire. Maïdan et le citoyen ordinaire en Ukraine  (hiver 2013-2014) », Politix, vol. 28, n° 112, 2015, p. 33-57.

«  Intentional Disruptions and Violence in Ukraine’s Supreme Radar : political competition, order and disorder in a Post-soviet chamber (2006-2012)  », Post-Soviet Affairs, vol. 29, n° 5, 2013, p. 439-456. 

« Les cadres communistes face à la bifurcation de 1991  : les modes de gestion de la crise biographique », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 42, n° 3, 2011, p. 15-37.

« Orchestrating a Popular Protest Movement to Conduct a Revolution », in P. D’Anieri (dir.), Orange Revolution and Aftermath. Mobilization, Apathy and the State in Ukraine, Woodrow Wilson Press, John Hopkins University Press, 2011, p. 76-109.