Bourdieu et Skinner
Maître de conférences en Science politique

(Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis - CRESPPA)

Cet article est la version numérique de la notice « Skinner, Quentin » de Mathieu Hauchecorne extraite du Dictionnaire international Bourdieu (CNRS Editions, novembre 2020).

Quentin Skinner est un historien britannique associé à l’« école de Cambridge », et dont les écrits ont remis en cause l’approche traditionnelle (centrée sur la lecture interne des auteurs canoniques) en histoire des idées politiques. Ses principaux travaux portent sur le républicanisme italien du bas Moyen Âge et de la Renaissance, ainsi que sur la pensée politique anglaise du XVIIe siècle.

C’est principalement dans le cadre des cours prononcés entre 1989 et 1991 au Collège de France et réunis de manière posthume dans Sur l’État, ainsi que dans les articles qu’il consacre à ce sujet [Bourdieu 1997 ; Bourdieu, Christin et Will 2000], que Pierre Bourdieu se réfère aux travaux de Skinner. Le propos de Bourdieu porte sur The Foundations of Modern Political Thought (1978), ouvrage de Skinner consacré à l’émergence de l’idée moderne d’État en Europe entre le XIIe et le XVIe siècle. Bourdieu s’appuie tout d’abord sur cette lecture de Skinner pour défendre l’idée que les écrits des premiers théoriciens de l’État moderne comme Bodin contribuent, en légitimant le monopole étatique, à faire exister l’objet qu’ils prétendent décrire ou analyser. Bourdieu renvoie également aux analyses que Skinner consacre à Machiavel et à la Réforme pour souligner comment la genèse de l’État s’articule avec un processus de sécularisation et d’autonomisation de l’activité politique, et le rôle de codification qu’ont joué les juristes dans ce processus. L’approche de Skinner est enfin citée par Bourdieu comme une tentative de dépassement de l’opposition entre histoire sociale et histoire des idées, même si le contextualisme de Skinner demeure essentiellement compréhensif [Hauchecorne 2017].

Skinner, La liberté avant le libéralisme

Skinner, 2000, La Liberté avant le libéralisme

Paris, Seuil, coll. « Liber »

Bourdieu a en outre invité, en 1997, Skinner au Collège de France [Skinner et al. 2017]. Celui-ci y prononce une série de conférences qui conduiront à la publication en 2000 de La Liberté avant le libéralisme dans la collection « Liber » dirigée par Bourdieu au Seuil. L’ouvrage prend le contrepied de l’historiographie traditionnelle inspirée par Isaiah Berlin, qui fait de la tradition libérale le centre de l’histoire de la pensée politique moderne. Skinner montre comment la conception libérale de la liberté comme absence d’entrave (notamment étatique) s’est construite dans le courant du XVIIe siècle contre (et a progressivement éclipsé) une conception « néoromaine » de la liberté comme absence de domination, qui avait émergé dans les cités républicaines d’Italie du Nord à la fin du Moyen Âge puis circulé dans le reste de l’Europe.

En vue de les éditer sous forme d’ouvrage en français, Bourdieu avait en outre demandé à Skinner de reprendre deux articles, typiques de son approche contextualiste, qu’il avait consacrés aux fresques sur le « bon gouvernement » réalisées par Ambrogio Lorenzetti à Sienne. Le livre paraît finalement en 2003, un an après le décès de Bourdieu, et sans que celui-ci ait pu terminer la présentation qu’il souhaitait adjoindre aux études de Skinner.

► Pour aller plus loin, autres notices du

Dictionnaire international Bourdieu à consulter :

 

Collège de France, État, Histoire, Histoire sociale,

« Liber », Libéralisme, Liberté, Seuil, Sur l’État

Dictionnaire international Pierre Bourdieu

Bourdieu P., 1997, « De la maison du roi à la raison d’État. Un modèle de la genèse du champ bureaucratique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 118, p. 55-68.

 

Bourdieu P., O. Christin et P.-E. Will, 2000, « Sur la science de l’État », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 133, p. 3-11.

Hauchecorne M., 2017, « L’histoire sociale des idées politiques peut-elle s'en tenir aux intentions ? Une analyse comparée de l’histoire intellectuelle skinnerienne et de la sociologie des idées bourdieusienne », in C. Gaboriaux et A. Skornicki, Vers une histoire sociale des idées politiques, Lille, Septentrion, p. 129-145.

Skinner Q., J. Barthas et A. Skornicki, 2017, « Idées, histoire et sciences sociales. Entretien avec Quentin Skinner », in C. Gaboriaux et A. Skornicki, Vers une histoire sociale des idées politiques, Lille, Septentrion, p. 93‑110.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Femmes, genre et sciences sociales

Les entretiens et l'article présentés ici proposent une pluralité de méthodes pour l'étude du genre en sciences sociales, via des disciplines et des contextes différents (le travail, la politique, la guerre). Ils ont pour point commun leur effort exemplaire de réflexivité. Ils mettent en évidence le fait que l'étude du genre est une condition prioritaire de compréhension de l'ensemble des processus sociaux et historiques étudiés par les sciences sociales du politique.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Faire des sciences sociales

Guidés par quelques intuitions et armés de leur réflexivité, les chercheurs en sciences sociales construisent leurs objets, élaborent des dispositifs d'enquête, interprètent les données de terrain. La démarche scientifique est ainsi une contribution à l'interprétation du monde.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Sciences sociales et migrations

Au cœur de l’actualité, enjeux publics et politiques majeurs mais aussi objets de débats et d’instrumentalisations sans cesse renouvelées, les migrations se sont depuis longtemps imposées à l’attention des chercheurs en sciences sociales. En témoignent ici l’histoire comparée des mouvements migratoires défendue par Nancy Green, l’approche ethnographique des zones frontalières par Chowra Makaremi, et l’analyse des migrations contraintes dans les espaces soviétique par Catherine Goussef.