Pierre Bourdieu et le politique

    Sociologue le plus cité au monde, Pierre Bourdieu a profondément renouvelé les manières de penser la société.

 

    Sa théorie fait ainsi dialoguer, d’un côté, les inconscients collectifs et les catégories d’entendement et, de l’autre, les diverses ressources dont les individus disposent selon leur position dans l’espace social et les prises de position qui en découlent. En déconstruisant des oppositions comme « individu vs société » ou « subjectif vs objectif », le sociologue montre la nécessité de relativiser la notion de libre arbitre. Souvent accusée à tort de déterminisme, cette sociologie tient pourtant par les deux bouts subjectivité des agents, à travers leur sens du placement, et contraintes objectives qui influent sur leur vision du monde et dessinent les contours mouvants d’un espace des possibles qui n’est jamais le même pour tous et qui évolue tant en fonction des transformations sociétales que des trajectoires personnelles.

 

    C’est en ayant recours au concept d’habitus (auquel Gisèle Sapiro consacre une notice Politika également rattachée à cet atelier), étroitement lié à sa théorie des champs et des capitaux, que Bourdieu répond aux défenseurs de l’approche de l’acteur rationnel et élabore sa théorie de la pratique, soucieuse de restituer les points de vue des agents sans faire l’impasse sur les contraintes exercées par la société.

 

    À partir de ces concepts, Bourdieu a critiqué les analyses classiques du politique qui l’autonomisent comme objet. Il l’inscrit dans une perspective socio-historique prenant en compte les rapports de force entre les groupes sociaux mais aussi entre les champs. Étayée sur les concepts de « domination » et « violence symbolique », dont l’exercice est fondé sur la méconnaissance collective de l’arbitraire des principes de domination, sa sociologie critique des rapports sociaux relève en effet d’une sociologie politique, comme le rappelle Gisèle Sapiro dans un entretien vidéo accordé à Politika.io. C’est pourquoi Bourdieu assigne à la sociologie un rôle émancipateur, qui l’a conduit à s’engager lui-même en politique sous la forme de l’« intellectuel collectif ». En témoignent des entreprises telles que l’Association de réflexion sur l’enseignement supérieur et la recherche et les éditions Raisons d’agir.

 

    Cette année, Pierre Bourdieu aurait eu 90 ans. C’est là une occasion de lui rendre hommage avec le Dictionnaire international Bourdieu (CNRS Éditions, novembre 2020), fort de 646 entrées écrites sous la plume de plus d’une centaine d’auteurs, qui mettent davantage en lumière sa pensée, son œuvre, sa vie.

Outre des notices Politika consacrées aux concepts et aux travaux de Bourdieu (« Analyse de correspondances multiples », « Champ », « Habitus »), cet atelier donne à lire douze notices du dictionnaire portant sur le politique, qu’il s’agisse du concept de « champ politique », de ses ouvrages sur le champ étatique (Sur l’État) et sur la reproduction sociale des classes dominantes (La Noblesse d’État) ; de ses méthodes (Comparatisme) ; de la réception de son œuvre dans certains pays (Chine, Turquie) ; de ses relations avec des contemporains ayant pensé le politique (Althusser, Skinner) ; de sa réflexion sur les idéologies dominantes (Néolibéralisme) ou encore de ses propres engagements (ARESER, Grèves de 1995, Intellectuel collectif), qui résonnent avec l’actualité.

 

Atelier coordonné par

Gisèle Sapiro et Hélène Seiler

 

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Femmes, genre et sciences sociales

Les entretiens et l'article présentés ici proposent une pluralité de méthodes pour l'étude du genre en sciences sociales, via des disciplines et des contextes différents (le travail, la politique, la guerre). Ils ont pour point commun leur effort exemplaire de réflexivité. Ils mettent en évidence le fait que l'étude du genre est une condition prioritaire de compréhension de l'ensemble des processus sociaux et historiques étudiés par les sciences sociales du politique.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Faire des sciences sociales

Guidés par quelques intuitions et armés de leur réflexivité, les chercheurs en sciences sociales construisent leurs objets, élaborent des dispositifs d'enquête, interprètent les données de terrain. La démarche scientifique est ainsi une contribution à l'interprétation du monde.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Sciences sociales et migrations

Au cœur de l’actualité, enjeux publics et politiques majeurs mais aussi objets de débats et d’instrumentalisations sans cesse renouvelées, les migrations se sont depuis longtemps imposées à l’attention des chercheurs en sciences sociales. En témoignent ici l’histoire comparée des mouvements migratoires défendue par Nancy Green, l’approche ethnographique des zones frontalières par Chowra Makaremi, et l’analyse des migrations contraintes dans les espaces soviétique par Catherine Goussef.