Identités sociales
Entretien avec Francine Muel-Dreyfus — Directrice d'études émérite — EHESS (CSE/CESSP)
Gisèle Sapiro — Directrice de recherches / Directrice d'études — CNRS/EHESS (CSE/CESSP)
Formée à la recherche et par la recherche dans les équipes pluridisciplinaires qui ont conduit les grandes enquêtes des années 1960, Francine Muel-Dreyfus revient sur son parcours : habitat collectif, musées, mouvements religieux, sorcellerie et politique missionnaire en Afrique noire, enseignement, éducation spécialisée, genre et politique, mythe de l’éternel féminin sous Vichy… C’est en sociologue, en africaniste, mais aussi en psychologue clinicienne, toujours attentive aux formes plurielles de la violence symbolique, qu’elle comprend le processus de construction sociale des identités.
Résumé
Entretien avec Francine Muel-Dreyfus.
Entretien publié le 11-04-2017
Dernière modification le 14-06-2017
Langue originale : French Lire la version English
  • Biographie
  • Bibliographie de Francine Muel-Dreyfus
  • Bibliographie de l'entretien

Née en 1940, Francine Muel-Dreyfus est sociologue, directrice d’études honoraire à l’EHESS. Licenciée de sociologie (Sorbonne, 1963), elle a participé à l’enquête sur le public des musées dirigée par Pierre Bourdieu (L’Amour de l’art, Minuit, 1966). Poursuivant ses études en sociologie de l’Afrique noire, elle a mené des recherches au Centre d’études africaines, sous la direction de Georges Balandier, et enseigné comme assistante à la Sorbonne (1967-1969). Toute sa carrière se déroule ensuite à l’EHESS au Centre de sociologie de l’éducation et la culture auprès de Pierre Bourdieu où elle a participé au travail collectif autour de la revue Actes de la recherche en sciences sociales.

 

Ses recherches personnelles ont porté principalement sur l’enseignement et le travail social (Le Métier d’éducateur, Minuit, 1983), et sur la construction politique du genre (Vichy et l’éternel féminin, Seuil, 1996, traduit aux Etats-Unis, Duke University Press, 2001). Elle a dirigé un séminaire à l’EHESS, « Processus sociaux de construction de l’identité », de 1990 à 2012. Elle a privilégié une perspective de sociologie historique et, ayant été formée à la psychologie (diplôme de psychologue clinicien, Paris VII, 1974), a développé parallèlement une approche de « sociologie clinique » visant à intégrer outils de la sociologie et de la psychanalyse.

« Nationalisme noir et séparatisme religieux en Afrique du Sud », Revue française d’études politiques africaines, n° 19, 1967.

(avec Roger Botte, Marc Le Pape, Claudine Vidal), « Les relations personnelles de subordination dans les sociétés interlacustres de l’Afrique centrale », Cahiers d’études africaines, n° 35, 1969, p. 350-401.

« L’école obligatoire et l’invention de l’enfance anormale », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, 1975, p. 60-74.

« Les instituteurs, les paysans et l’ordre républicain », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 17/18, 1977, p. 37-61.

« L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry », Annales ESC, 35e année, n° 1, 1980, p. 81-91.

« L’initiative privée : le “terrain” de l’éducation spécialisée », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 32/33, 1980, p. 15-49.

Le Métier d’éducateur. Les instituteurs de 1900, les éducateurs spécialisés de 1968, Paris, Éditions de Minuit, 1983.

« Autobiographies et retour sur le passé chez les instituteurs du début du siècle », in H. Moniot (dir.), Enseigner l’histoire, des manuels à la mémoire, Berne, Peter Lang, 1984.

« Le fantôme du médecin de famille », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 54, 1984, p. 70-71.

(avec Arakcy Martins-Rodrigues), « Réincarnations. Note de recherche sur une secte spirite de Brasilia », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62/63, 1986, p. 118-134.

Vichy et l’éternel féminin. Contribution à une sociologie politique de l’ordre des corps, Paris, Le Seuil, 1996.

René Benjamin, Vérités et rêveries sur l’éducation, Paris, Plon, 1941.

Pierre Bourdieu, Les Héritiers, Paris, Éditions de Minuit, 1964.

Pierre Bourdieu, L’Amour de l’art. Les musées et leur public, Paris, Éditions de Minuit, 1966.

Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d'enseignement, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

Pierre Bourdieu, La Misère du monde, Paris, Le Seuil, 1993.

Norbert Élias, John L. Scotson, The Established and The Outsiders, London, Cass & Company, 1965.

Norbert Élias, La Société de cour, Paris, Flammarion, 1985.

Ervin Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

Maud Mannoni, Éducation impossible, Paris, Le Seuil, 1973.

Marcel Mauss, « Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950.

George L. Mosse, Nationalism and Sexuality. Respectability and Abnormal Sexuality in Modern Europe, New York, Howard Fertig Inc., 1985.

Abdelmalek Sayad, L'Immigration, ou les paradoxes de l'altérité, De Boeck Université, 1992.

Abdelmalek Sayad, La Double absence. Des illusions de l'émigré aux souffrances de l'immigré, Paris, Le Seuil, 1999.

Joan W. Scott, « Gender : A Useful Category of Historical Analysis », The American Historical Review, vol. 91, n° 5, 1986, p. 1053-1075.