Passés Futurs - Revue - Numéro 7
Échos du fascisme ?

En 2000, les partis d’extrême droite étaient cantonnés aux marges du paysage politique européen. En quelques  années, ils ont gagné du terrain dans la plupart des parlements nationaux. Leur avancée, parallèle aux victoires d'Erdoğan en Turquie, de Modi en Inde, de Duterte aux Philippines, de Trump aux États-Unis ou de Bolsonaro au Brésil, a provoqué une radicalisation identitaire d’une partie de la droite traditionnelle.

Assistons-nous à une « fascisation » de la vie politique ? Faut-il craindre un « retour du fascisme » ? Loin de rester cantonnées aux seuls spécialistes, ces questions ont mobilisé de nombreux écrivains, artistes, politiciens (et jusqu'au pape François).

Elles ont ravivé aussi des débats historiographiques d’envergure : le fascisme est-il un phénomène historique spécifique ou une notion qui dépasse le cadre géographique et temporel qui l’a engendré ? Quel est le rôle de l’analogie et de l’anachronisme dans l’analyse historique ? Quatorze historiens et politistes ont accepté de s’exprimer sur le sujet.

Dans les premiers jours de la crise sanitaire, nous nous sommes demandées si notre dossier risquait d’apparaître déplacé, voire obsolète. Tel ne semble pas être le cas. Dans le monde entier, les partis d’extrême droite ont cherché à tirer profit de l’urgence sanitaire. Ils ont proposé des lectures complotistes, sollicité la fermeture des frontières et instruit un réquisitoire contre les mesures de confinement.

C’est dans cette conjoncture que nous avons découvert le travail de Sosthen Hennekam, qui a bien voulu illustrer ce numéro, sur les architectures de Milan, le lieu de naissance du fascisme et l’une des villes le plus touchées par la pandémie du Covid.

 

Dossier coordonné par Federica Bertagna et Sabina Loriga

 

Juin 2020

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Femmes, genre et sciences sociales

Les entretiens et l'article présentés ici proposent une pluralité de méthodes pour l'étude du genre en sciences sociales, via des disciplines et des contextes différents (le travail, la politique, la guerre). Ils ont pour point commun leur effort exemplaire de réflexivité. Ils mettent en évidence le fait que l'étude du genre est une condition prioritaire de compréhension de l'ensemble des processus sociaux et historiques étudiés par les sciences sociales du politique.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Faire des sciences sociales

Guidés par quelques intuitions et armés de leur réflexivité, les chercheurs en sciences sociales construisent leurs objets, élaborent des dispositifs d'enquête, interprètent les données de terrain. La démarche scientifique est ainsi une contribution à l'interprétation du monde.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Sciences sociales et migrations

Au cœur de l’actualité, enjeux publics et politiques majeurs mais aussi objets de débats et d’instrumentalisations sans cesse renouvelées, les migrations se sont depuis longtemps imposées à l’attention des chercheurs en sciences sociales. En témoignent ici l’histoire comparée des mouvements migratoires défendue par Nancy Green, l’approche ethnographique des zones frontalières par Chowra Makaremi, et l’analyse des migrations contraintes dans les espaces soviétique par Catherine Goussef.