Rapports au politique
Entretien avec Daniel Gaxie — Professeur de Science politique — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (CESSP)
Frédérique Matonti — Professeure de Science politique — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (CESSP)
Daniel Gaxie revient ici sur les inspirations croisées qui ont façonné son parcours et guidé ses recherches. Jeune engagé à l’Unef et à l’Union des étudiants communistes, il délaisse finalement le militantisme, devenu encombrant dans un univers académique qui se veut distancié des prises de positions idéologiques et politiques, pour se consacrer à l’enseignement et à la recherche. Marxiste, séduit par l’œuvre de Pierre Bourdieu et le travail de ceux qui ont appris la sociologie à ses côtés, il délaisse rapidement les thématiques classiques enseignées à Science Po pour s’intéresser au rapport profane au politique et aux rétributions du militantisme. Une trajectoire riche de collaborations et d’enquêtes de terrain, portée par une fascination revendiquée pour la théorie et les dispositifs empiriques innovants.
Résumé
Parcours de recherche avec Daniel Gaxie.
Entretien publié le 11-04-2017
Dernière modification le 07-06-2017
Langue originale : French Lire la version English
  • Biographie
  • Bibliographie de Daniel Gaxie
  • Bibliographie de l'entretien

Diplômé en Science économique (1970), en Droit public (1971) et professeur agrégé de Science politique (1982), Daniel Gaxie a partagé ses charges d'enseignement entre les universités de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (de 1971 à 1982, puis depuis 1989) et de Picardie (1982-1989). 

 

Réputé pour sa contribution à l'analyse des rétributions du militantisme et la conceptualisation du "cens caché", il travaille sur une pluralité de thèmes : participation et opinions politiques, sélection du personnel politique, démocratie représentative, fonctionnement et fondements sociopolitiques des institutions, attitudes à l'égard de l'Europe...

Les Sens du vote. Une enquête sociologique (France 2011-2014), Rennes, PUR, 2016.

(avec Nicolas Hubé et Jay Rowell), Perceptions of Europe A Comparative Sociology of European Attitudes, Essex, ECPR Press, 2011.

« Cognitions, auto-habilitation et pouvoirs des "citoyens" », Revue française de science politique, vol. 57, n° 6, 2007, p. 737-757.

« Rétributions du militantisme et paradoxes de l'action collective », Revue suisse de science politique, vol. 11, Issue 1, Spring 2005, p. 157-188.

« Appréhensions du politique et mobilisations des expériences sociales », Revue française de science politique, vol. 52, n° 2-3, 2002, p. 145-178.

« Homogénéité et hétérogénéité du personnel politique », Après-demain, n° 399, 1997, p. 28-32.

La Démocratie représentative, Paris, Montchrestien, 1993.

(dir), Explication du vote. Un bilan des études électorales en France, Paris, Presses de la FNSP, 1985.

« Les facteurs sociaux de la carrière gouvernementale sous la Cinquième République de 1959 à 1981 », Revue française de sociologie, XXIV, 1983, p. 441-465.

« Mort et résurrection du paradigme de Michigan. Remarques sur quelques résultats récents de la sociologie des comportements politiques aux États-Unis », Revue française de science politique, vol. 32, n° 2, 1982, p. 251-269.

« Les logiques du recrutement politique », Revue française de science politique, vol. 30, n° 1, 1980, p. 5-45.

Le Cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Le Seuil, 1978.

« Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de science politique, vol. 27, n° 1, 1977, p. 123-154.

Pierre Bourdieu, L'Amour de l'art. Les musées et leur public, Paris, Minuit, 1966.

Pierre Bourdieu et Monique de Saint Martin, « Les catégories de l'entendement professoral », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 3, 1975, p. 68-93.

Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.