La mer, laboratoire de la citoyenneté sur papier aux États-Unis
Entretien avec Nathanaël Perl-Rosenthal — Professeur associé — Université de Californie du Sud (USC Dornsife)
Jean-Frédéric Schaub — Directeur d'études — EHESS (MOAM)
Quels étaient autrefois les moyens de distinguer un Britannique d’un citoyen des États-Unis ? L’accent, avant l’invention des certificats de papier, jouait un rôle prépondérant. L’historien Nathan Perl-Rosenthal revient sur l’histoire états-unienne de la création des documents d’identité nationale, à l’époque des guerres d’indépendance, à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Comment matérialiser cette appartenance nationale, avant l’invention de la photographie ? Comme ailleurs, la création des documents personnels d’identité est de création récente et a d’abord concerné des personnes marginalisées : en l’occurrence, des marins, éventuellement noirs. Dans une nation esclavagiste, comment des esclaves marrons ont pu utiliser ces certificats, y compris falsifiés, pour fuir les plantations ? En matière de citoyenneté, l’État est ainsi fabriqué à ses marges.
Résumé
Les documents d’identité sous forme de certificats de papier n’existent que depuis deux-cents ans aux États-Unis : ils ont été créés, au départ, pour l’identification des marins à l’époque des guerres d’indépendance.
Entretien publié le 31-05-2018
Dernière modification le 04-07-2018
Langue originale : French Lire la version English
  • Bibliographie de Nathanaël Perl-Rosenthal

« Atlantic Cultures and the Age of Revolution », William and Mary Quarterly , vol. 74, n° 4, 2017, p. 667-697.

Citizen Sailors : Becoming American in the Age of Revolution, Cambridge, Harvard University Press, 2015.