Passés Futurs - Revue - Number 4
Histoire maîtrisée, histoire méprisée

Comment l’histoire est-elle mobilisée – et souvent méprisée – sur la scène politique aujourd’hui ? À la différence sans doute de ce qu’eût été un tel dossier voici quinze ou vingt ans, la période des années 1930 et de la Seconde Guerre mondiale n’y occupe pas l’essentiel de l’espace. Un seul article leur est ici consacré, autour de la Casa del Fascio à Predappio. Deux remémorations d’épisodes du XIXe siècle, nées l’une comme l’autre de l’émergence d’acteurs politiques se présentant comme « anti-système », ont gagné leurs lettres de crédibilité : la relecture de la guerre de Sécession indulgente à la cause esclavagiste, autour de la question des « statues confédérées », d’une part ; la glorification de la lutte menée contre l’unification italienne par les derniers souverains Bourbon du royaume des Deux-Siciles, de l’autre. S’y ajoutent les relectures de la longue durée historique – de Vercingétorix à Pompidou, de Guillaume le Conquérant à Churchill – par deux acteurs individuels ou collectifs que sont le jeune président de la République française et les Brexiteers. Et les enjeux historiques de la sécession catalane discutés par cinq historiens.

 

 

Décembre 2018