Bourdieu et Thompson
docteur en sociologie

(EHESS/Universität Bielefeld - CESSP)

Cet article est la version numérique de la notice "Thompson, Edward Palmer (1924‑1993)" de Quentin Fondu extraite du Dictionnaire international Bourdieu (CNRS Editions, novembre 2020).                                                                                                                                                                                              Crédits image : Kim Traynor, "Edward P. Thompson addresses anti-nuclear weapons rally", Oxford, England, 1980 [source : Wikipedia, K. Traynord / CC BY-SA 4.0]

Edward Palmer Thompson est un historien britannique, ainsi qu’un militant pacifiste qui prit part au mouvement antinucléaire. Membre du Parti communiste britannique jusqu’en 1956, il s’inscrit dans le courant des historiens marxistes, mais a toujours refusé tout dogmatisme [Le Marec 1993]. Co-fondateur de la New Left Review en 1960 – revue centrale de la vie intellectuelle anglo-américaine de l’époque – et considéré comme l’un des fondateurs des cultural studies, il souligne dans son œuvre magistrale La Formation de la classe ouvrière anglaise (1963, traduite pour la première fois en français en 1988), le caractère historiquement construit des classes sociales, processus de formation qu’il conçoit comme un « processus actif, mis en œuvre par des agents tout autant que par des conditions. La classe ouvrière n’est pas apparue comme le soleil à un moment donné. Elle a été partie prenante de sa propre formation » [Thompson 2012 : 15]. Contre le marxisme antihumaniste et son « réductionnisme structural » [Thompson 2014 : 112], il insiste sur la notion d’agency, définie comme la capacité des hommes « à surmonter les limites imposées par les “circonstances” ou la “nécessité historique” » [Thompson 1959 : 89].

Trois publications de Thompson

à gauche : Thompson E. P., 2013, The Making of the English Working Class,

Londres, Penguin Books Ltd.

 

au milieu : Thompson E. P., 2015, Les Usages de la coutume.

Traditions et résistances populaires en Angleterre, XVIIe-XIXe siècle,

trad. fr, Paris, EHESS/Gallimard/Seuil (1991)

 

à droite : Thompson E. P., 1976, « Modes de domination et révolutions en Angleterre »,

Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2‑3, p. 133‑151 [en ligne]. 

Pierre Bourdieu participe largement à la réception française de Thompson, en l’invitant en 1975 dans son séminaire de l’École normale supérieure, puis en publiant l’année suivante son intervention, développée et enrichie par des extraits de divers articles de lui, dans l’un des premiers numéros de la revue Actes de la recherche en sciences sociales (première publication de Thompson [1976] dans une revue française ; la traduction est de Christophe Charle et Jean-Claude Chamboredon). Si, dans un cours du Collège de France de 1982, Bourdieu le donne en exemple de l’approche « spontanéiste » qui définit la classe comme « volonté » [Bourdieu, 2015 : 101], le sociologue français et l’historien britannique s’opposent tous deux à Louis Althusser. Dans son pamphlet rédigé contre l’althussérisme, Misère de la théorie (1978), Thompson [2015a : 164] engageait d’ailleurs les marxistes français « à commencer leur rééducation en s’intéressant à Pierre Bourdieu ». Au-delà de ces adversaires communs, leurs outillages conceptuels respectifs ne sont pas aussi antithétiques qu’on le dit d’ordinaire. En plus de leur refus analogue d’une définition substantialiste des classes sociales au profit d’une approche historique et relationnelle – la « formation » chez Thompson, l’insertion des classes sociales dans un « espace social » plus large pour Bourdieu –, la notion d’agency peut être rapprochée de celle de stratégie. En effet, toutes deux insistent sur la nécessité de prendre en compte simultanément des formes de conditionnement, jamais absolues, et des marges de liberté, inévitablement contraintes. Ensuite, la définition du droit par Thompson comme ayant « ses propres caractéristiques, sa propre histoire et sa logique d’évolution autonome » [Thompson 2014 : 109] peut s’apparenter au concept de champ, par son refus de la réduction des activités intellectuelles ou culturelles aux seules logiques économiques, réduction qui a longtemps prévalu dans le marxisme comme dans le libéralisme. D’autre part, à travers la notion d’« économie morale », Thompson [2015b] a montré les critères alternatifs de légitimité et les formes de rationalité des mobilisations populaires contre la seule rationalité instrumentale de l’Homo oeconomicus – manière de dénoncer l’imposture intellectuelle et politique du libéralisme passé comme du néolibéralisme contemporain, ainsi qu’a pu le faire de son côté Bourdieu tout au long de sa carrière.

Ces convergences stratégiques et ces affinités théoriques entre les deux chercheurs ont été occultées par leur réception contemporaine, qui tend le plus souvent à les opposer, faisant de Thompson le pionnier de la mise en avant des capacités de résistance des dominés, quand Bourdieu ne se serait intéressé qu’aux mécanismes du déterminisme et de la reproduction. Une idée qui ne résiste pas longtemps à la lecture…

► Pour aller plus loin, autres notices du

Dictionnaire international Bourdieu à consulter :

 

Actes de la recherche en sciences sociales, Althusser, Angleterre,

Antihumanisme, Champ, Classe(s) sociale(s), Cultural studies,

Déterminisme, Espace social, Historiens, Libéralisme,

Marxisme, Néolibéralisme, Rationalité,

Relationnelle (Approche), Sociologie générale, Stratégie(s)

Dictionnaire international Bourdieu

Bourdieu P., 2015, Sociologie générale, vol. 1, éd. établie par P. Champagne, J. Duval, F. Poupeau et al., Paris, Raisons d’agir/Seuil, rééd. « Points », 2019.

Le Marec Y., 1993, « Relire Thompson trente ans après », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 100, p. 73‑79.

Thompson E. P., 1959, « Agency and choice – 1. A reply to criticism », The New Reasoner. A Quarterly Journal of Socialist Humanism, n° 5, p. 89‑106.

 

Thompson E. P., 1976, « Modes de domination et révolutions en Angleterre », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2‑3, p. 133‑151 [en ligne].

 

Thompson E. P., 2012, La Formation de la classe ouvrière anglaise, trad. fr., Paris, Seuil (1963).

 

Thompson E. P., 2014, La Guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, trad. fr., Paris, La Découverte (1975).

 

Thompson E. P., 2015a, Misère de la théorie. Contre Althusser et le marxisme anti-humaniste, trad. fr. Montreuil, L’Échappée (1978).

 

Thompson E. P., 2015b, « L’économie morale de la foule anglaise au XVIIIe siècle » (1971), in Les Usages de la coutume. Traditions et résistances populaires en Angleterre, XVIIe-XIXe siècle, trad. fr, Paris, EHESS/Gallimard/Seuil (1991), p. 251‑329. 

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Femmes, genre et sciences sociales

Les entretiens et l'article présentés ici proposent une pluralité de méthodes pour l'étude du genre en sciences sociales, via des disciplines et des contextes différents (le travail, la politique, la guerre). Ils ont pour point commun leur effort exemplaire de réflexivité. Ils mettent en évidence le fait que l'étude du genre est une condition prioritaire de compréhension de l'ensemble des processus sociaux et historiques étudiés par les sciences sociales du politique.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Faire des sciences sociales

Guidés par quelques intuitions et armés de leur réflexivité, les chercheurs en sciences sociales construisent leurs objets, élaborent des dispositifs d'enquête, interprètent les données de terrain. La démarche scientifique est ainsi une contribution à l'interprétation du monde.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Sciences sociales et migrations

Au cœur de l’actualité, enjeux publics et politiques majeurs mais aussi objets de débats et d’instrumentalisations sans cesse renouvelées, les migrations se sont depuis longtemps imposées à l’attention des chercheurs en sciences sociales. En témoignent ici l’histoire comparée des mouvements migratoires défendue par Nancy Green, l’approche ethnographique des zones frontalières par Chowra Makaremi, et l’analyse des migrations contraintes dans les espaces soviétique par Catherine Goussef.