Repenser le marxisme
Entretien avec Dick Howard — Distinguished Professor of Philosophy — Stony Brook University
Anne-Lorraine Bujon — Rédactrice en chef — Revue Esprit
Quelles sont les critiques du marxisme qui ont conduit à former le mouvement se réclamant de la « nouvelle gauche » dans les années post-1968 ? Par son parcours international (États-Unis, France et Allemagne), le philosophe Dick Howard a contribué à ce mouvement intellectuel. En proposant une relecture des œuvres de jeunesse de Marx, il a forgé une critique du communisme ancrée dans les mots d’ordre d’auto-gestion et de spontanéité. Cet « homme de revues », interviewé par Anne-Lorraine Bujon, rédactrice en chef d'Esprit, revient sur son travail en évoquant ses circulations, son engagement dans des mobilisations et sa participation à des œuvres collectives.
Résumé
Une vie, un parcours de recherche.
Entretien publié le 27-08-2018
Dernière modification le 18-09-2018
Langue originale : French Lire la version English
  • Biographie
  • Bibliographie de Dick Howard
  • Bibliographie de l'entretien

Au cours de son doctorat en philosophie à l’Université du Texas, Dick Howard a étudié à Paris (avec Paul Ricoeur) et à Bonn (avec Klaus Hartmann). Aux États-Unis, il était mobilisé dans le mouvement des droits civiques et dans la lutte contre la guerre du Vietnam. En tant qu’étudiant à Nanterre en 1968, il a participé aux évènements de l’année 1968 en circulant entre la France l’Allemagne et l’Europe de l’Est. Militant, il était aussi un homme de revue : il a co-fondé la revue marxiste Telos aux États-Unis, et a commencé dès 1967 un long compagnonnage avec la revue Esprit à Paris, dont il est jusqu’à aujourd’hui membre du comité de rédaction.

Intellectuel de gauche anti-totalitaire, il a proposé une nouvelle lecture de Marx fondée sur une redécouverte des œuvres de jeunesse alors peu traduites. Cette lecture s’opposait à celle du Parti communiste français, se référant alors à Althusser. Dick Howard a ainsi animé un cours sur Le Capital de Marx à l’Université Libre de la librairie Shakespeare and Co, à Paris.

Il a travaillé avec des intellectuels marxistes critiques comme Claude Lefort, Cornelius Castoriadis, André Gorz et Serge Mallet, rassemblés autour de la revue Socialisme et Barbarie, mais aussi avec Marcel Gauchet autour des revues Textures puis Libre. Au sein de ce mouvement dit de la « nouvelle gauche », Dick Howard a ensuite contribué à diffuser les œuvres de Rosa Luxemburg et à repenser la notion de spontanéité.

Ses travaux actuels portent sur la révolution américaine : ils réactualisent l’idée que l’État ne doit pas chercher pas à transformer la société, mais la laisser vivre. Son dernier livre pense l’époque contemporaine, notamment le désir de sécurité et le refus de l’incertain.

The Marxian Legacy, New York & London, Palgrave-Macmillan, à paraître [1977].

Les Ombres de l'Amérique : de Kennedy à Trump, Paris, Bourin, 2018.

Between Politics and Anti-Politics. Thinking about Politics after 9/11, New York & London, Palgrave Macmillan, 2016.

The Primacy of the Political : A History of Political Thought from the Greeks to the French and American Revolutions, New York, Columbia University Press, 2010.

Aux origines de la pensée américaine. De Marx à Kant, Paris, Hachette, 2008.

« De l'Amérique à l'Europe : aller-retour », Esprit, Septembre 1990.

« Bourbier allemand et socialisme européen », Esprit, Janvier 1985.

« Le communisme européen. L'affaire Rosenberg », Esprit, Avril 1984.

« D’une nouvelle gauche à une autre », Esprit, Juillet 1983.

« Enlightened Despotism and Democracy », Telos, n° 33, 1977.

« Rosa Luxemburg : théorie et pratique », Esprit, Février 1976.

(avec Karl E. Klare), The Unknown Dimension. European Marxism since Lenin, New York, Basic Books, 1972.

(avec Steven Kehnan), « La nouvelle gauche étudiante aux Etats-Unis », Esprit, Avril 1970.

« Les intellectuels américains et nous », Esprit, Mars 1968.

« Syndicalime et protestation », Esprit, Avril 1967.

Andrew Arato, Jean L. Cohen, Civil Society and Political Theory, Cambridge, MIT Press, 1992.

André Gorz, Stratégie ouvrière et néo-capitalisme, Paris, Le Seuil, 1964.

Claude Lefort, Un homme en trop. Réflexions sur l’Archipel du Goulag, Paris, Belin, 1976.

Serge Mallet, La Nouvelle classe ouvrière, Paris, Le Seuil, 1963.

Daniel Mothé, Militant chez Renault, Paris, Le Seuil, 1965.

Alexandre Soljénitsyne, L'Archipel du Goulag 1918-1956 : essai d'investigation littéraire, Paris, Fayard,‎ 1973.

Robert Zwarg, Die Kritische Theorie in Amerika. Das Nachleben einer Tradition, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2017.