L'édition allemande de l'IfZ
ATER

(Université Paris IV - UFR d'histoire )

Hitler, Mein Kampf. Eine kritische Edition est paru en Allemagne en janvier 2016. Soixante-dix ans après la mort de Hitler en 1945, éviter que l’arrivée de Mein Kampf dans le domaine public soit exploitée à des fins commerciales ou idéologiques constituait un impératif ; il n’était pas moins nécessaire d’accompagner le texte hitlérien d’un appareil scientifique et critique permettant de le mettre en perspective et le désamorcer. Tel est l’objet de l’édition réalisée par l’Institut für Zeitgeschichte de Munich, institution internationalement reconnue pour son expertise dans le champ de l’histoire du national-socialisme et pour l’édition de sources historiques (elle a notamment réalisé les éditions critiques du Journal de Joseph Goebbels ou des dits et écrits de Hitler avant 1933).

Fruit du travail d’une équipe de six principaux collaborateurs sous la direction de Christian Hartmann, chercheur à l’Institut, et de la consultation de très nombreux experts extérieurs, cette édition en deux volumes comprend près de 2 000 pages. Le texte de Hitler est entouré d’un commentaire critique omniprésent et nourri par les acquis les plus récents de la recherche : une centaine de pages d’introduction générale, une introduction philologique pour chaque chapitre, mais surtout presque 3 500 notes des éditeurs.

Mein Kampf en librairie en Allemagne

Mein Kampf d'Adolf Hitler dans une librairie en Allemagne, en 2016.

Saluée par la critique, cette nouvelle édition permet de contextualiser et expliquer le propos hitlérien, en apportant des éclairages factuels sur les personnes et évènements cités par Hitler ainsi qu’une analyse critique des concepts idéologiques clefs. Elle remet l’ouvrage en perspective en analysant, en aval, les sources et la généalogie du texte et, en amont, sa postérité et ses conséquences politiques après l’arrivée des nazis au pouvoir. Elle vise enfin à mettre en évidence et réfuter les innombrables erreurs et mensonges qui jalonnent les deux volumes, exposant ainsi au lecteur le caractère aberrant du texte fondateur de l’idéologie national-socialiste.

Loin d’être laissé seul face à Mein Kampf, le large public que cette source majeure de l’histoire contemporaine est susceptible d’intéresser peut ainsi en faire une lecture informée et critique.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Femmes, genre et sciences sociales

Les entretiens et l'article présentés ici proposent une pluralité de méthodes pour l'étude du genre en sciences sociales, via des disciplines et des contextes différents (le travail, la politique, la guerre). Ils ont pour point commun leur effort exemplaire de réflexivité. Ils mettent en évidence le fait que l'étude du genre est une condition prioritaire de compréhension de l'ensemble des processus sociaux et historiques étudiés par les sciences sociales du politique.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Faire des sciences sociales

Guidés par quelques intuitions et armés de leur réflexivité, les chercheurs en sciences sociales construisent leurs objets, élaborent des dispositifs d'enquête, interprètent les données de terrain. La démarche scientifique est ainsi une contribution à l'interprétation du monde.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Sciences sociales et migrations

Au cœur de l’actualité, enjeux publics et politiques majeurs mais aussi objets de débats et d’instrumentalisations sans cesse renouvelées, les migrations se sont depuis longtemps imposées à l’attention des chercheurs en sciences sociales. En témoignent ici l’histoire comparée des mouvements migratoires défendue par Nancy Green, l’approche ethnographique des zones frontalières par Chowra Makaremi, et l’analyse des migrations contraintes dans les espaces soviétique par Catherine Goussef.