Quel recrutement à l’étranger au sein des professions qualifiées ? Une comparaison franco-allemande

Au cours de la période récente, des mondes sociaux distincts, scientifiques d’une part et politiques de l’autre, souvent coordonnés au niveau international, se sont emparés de la question de l’immigration des professionnels diplômés. Dans les années 2000, la catégorie des travailleurs « hautement qualifiés » apparaît dans les politiques migratoires allemandes et françaises, à la faveur d’une préoccupation croissante de la Commission européenne pour ces questions. S’observe parallèlement une augmentation du niveau de diplôme des nouveaux arrivants, si bien que la part des diplômés du supérieur au sein de la population immigrée est désormais comparable à celle du reste de la population, en France comme en Allemagne. Or jusqu’ici, la sociologie de l’immigration s’était en général davantage intéressée à des secteurs professionnels peu qualifiés, à commencer par le monde ouvrier. Les évolutions récentes soulèvent alors un ensemble de questions : dans quelle mesure des titres scolaires étrangers donnent-ils accès aux professions supérieures ? Quelle est la position des  diplômés formés à l’étranger au sein du groupe des cadres ? Cette main d’œuvre venue de l’étranger est-elle désavantagée (en termes de carrière, de salaire…) ou, au contraire, privilégiée en raison de ses attributs internationaux ?

Pour répondre ces questions, j’explore plusieurs dimensions étroitement enchevêtrées telles que l’origine géographique, le type de formation, le sexe ou le secteur professionnel. Les professions qualifiées se distinguent par de forts contrastes de recrutement, certaines restant très fermées au recrutement d’immigrés, d’autres plus ouvertes mais principalement à l’égard d’étrangers d’Europe de l’Ouest. Une opposition se dégage entre les cadres du privé et les professions plus féminisées du secteur public. L’affectation de certains groupes nationaux de diplômés à des postes subalternes répond à des logiques distinctes selon le pays, à mettre en lien avec le passé colonial de la France et les liens historiques de l’Allemagne avec l’Europe de l’Est. Mon travail s’appuie sur plusieurs enquêtes de la statistique publique (enquêtes Emploi, micro-recensement allemand…) complétées par des entretiens qualitatifs réalisés auprès d’immigrés diplômés.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Femmes, genre et sciences sociales

Les entretiens et l'article présentés ici proposent une pluralité de méthodes pour l'étude du genre en sciences sociales, via des disciplines et des contextes différents (le travail, la politique, la guerre). Ils ont pour point commun leur effort exemplaire de réflexivité. Ils mettent en évidence le fait que l'étude du genre est une condition prioritaire de compréhension de l'ensemble des processus sociaux et historiques étudiés par les sciences sociales du politique.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

La Turquie de l'Empire ottoman à nos jours

La Turquie, depuis le tournant autoritaire du président turc Recep Tayyip Erdogan, est au cœur des enjeux nationaux et internationaux. Les notices relatives à la Turquie présentées ici interrogent le rapport au pouvoir au sein de cet espace et ce, dans la longue durée. Ces dernières font la part belle aux acteurs sociaux tels que l’État, les notables locaux, etc., via l’exploration et l’analyse du processus de modernisation dans l’Empire ottoman et en Turquie ainsi que des ressorts de la domination étatique.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Faire des sciences sociales

Guidés par quelques intuitions et armés de leur réflexivité, les chercheurs en sciences sociales construisent leurs objets, élaborent des dispositifs d'enquête, interprètent les données de terrain. La démarche scientifique est ainsi une contribution à l'interprétation du monde.