Champ
Directrice de recherches / Directrice d'études

(CNRS/EHESS - CSE/CESSP)

Champ
Rubrique
Circulations
Résumé
Le concept de champ a été élaboré par Pierre Bourdieu pour penser le processus de différenciation sociale des sphères d’activité qui accompagne la division du travail. Après en avoir retracé la sociogenèse et la construction théorique, l’article fait un bilan de ses usages à propos des champs politique, économique, religieux, académique, juridique, philosophique, littéraire, artistique, intellectuel, éditorial, sportif, etc. Aux États-Unis, d’autres usages du concept de champ ont été proposés, avec les notions de « champ organisationnel », puis de « champ d’action stratégique ».
Auteur(s)
Directrice de recherches / Directrice d'études

(CNRS/EHESS - CSE/CESSP)

Notice publiée le 22-05-2017
Dernière modification le 30-06-2017
Langue originale : French Lire la version English

Le concept de champ permet de circonscrire l’action des individus au niveau méso (intermédiaire entre les approches macro et micro), dans des sphères sociales différenciées qui ont leurs règles du jeu propres et leurs intérêts spécifiques. Élaboré de façon rigoureuse par Pierre Bourdieu à partir des années 1960 pour penser le processus de différenciation sociale des sphères d’activité qui accompagne la division du travail, tout en mettant en œuvre une approche relationnelle et topographique, il a servi de programme de recherche (au sens que le philosophe des sciences Imre Lakatos a donné à ce concept) et donné lieu à de nombreux travaux sur les champs politique, économique, religieux, académique, juridique, philosophique, littéraire, artistique, intellectuel, éditorial, sportif, etc. Aux États-Unis, d’autres usages du concept de champ se sont imposés, d’abord avec la notion de « champ organisationnel » forgée par Paul DiMaggio et Walter Powell dans les années 1980 dans le cadre d’une approche néo-institutionnaliste, puis avec celle de « champ d’action stratégique » proposée par Neil Fligstein et Doug McAdam dans les années 2000 pour articuler la précédente avec les théories de l’action collective.

Origines et genèse de la théorie des champs en sociologie

Le concept de champ est emprunté à la physique théorique : il appréhende les relations entre éléments dans un espace, conçu comme un champ de force, selon le principe d’attraction-répulsion. Il a été transposé en psychologie par les théoriciens de la Gestalt, notamment Wolfgang Köhler, lequel a fait valoir l’interdépendance des éléments dans l’expérience perceptuelle et développé une approche topographique1 . Kurt Lewin l’a adapté à la psychologie sociale pour penser les interactions entre l’individu et son environnement. C’est dans cette même acception que Bourdieu l’introduit en sociologie, où ce concept abstrait permet l’autonomisation méthodologique d’un espace d’activité, à condition, précise-t-il à propos des champs de production culturelle, d’avoir étudié les conditions historiques de son autonomisation2 . L’usage du concept de champ vient répondre à un double problème.

En premier lieu, comment penser le processus historique de différenciation des activités sociales, qui accompagne la division du travail, sans tomber dans une approche fonctionnaliste ? Ce double processus n’a en effet rien d’inéluctable ni de mécanique. L’autonomisation d’un domaine d’activité résulte généralement de la lutte menée par un groupe de spécialistes (par exemple, les juristes) pour obtenir la reconnaissance sociale de leur autorité et de leur compétence sur le domaine en question, instaurant une coupure entre professionnels et profanes (par exemple entre clercs et laïcs). La théorie des champs systématise l’analyse de ce processus repéré par Max Weber et en tire des conséquences méthodologiques, à savoir la possibilité d’autonomiser un champ comme objet d’étude.

Cependant, et c’est le second problème, cette autonomie demeure toujours relative. Bourdieu emprunte le concept d’autonomie aux approches marxistes, où il a été introduit dans le cadre du débat sur la « théorie du reflet » laquelle considérait les œuvres comme une superstructure reflétant les conditions sociales sous-jacentes. Complexifiant cette thèse, certains théoriciens marxistes ont suggéré que les œuvres littéraires et artistiques étaient médiatisées par une vision du monde, qui n’était pas un simple reflet de la classe d’appartenance du créateur ou de son public, mais pouvait faire écho aux contradictions travaillant les conditions de production. Bourdieu reproche cependant à ces penseurs de ne pas prendre en compte la médiation opérée par les champs de production culturelle par rapport aux conditions économiques et sociales : c’est là, dans ce qu’il appelle un « effet de champ », qu’il situe l’autonomie relative de ces univers.

Pierre Bourdieu.

Pierre Bourdieu, portrait.

De fait, les œuvres portent bien la marque de leurs conditions de production, parce que les producteurs culturels sont engagés dans une lutte de concurrence qui obéit à des règles et à des intérêts spécifiques, irréductibles aux intérêts économiques, politiques et sociaux. Au regard de l’espace social, « l’effet de champ » produit un effet de « réfraction » (autre concept que Bourdieu emprunte à la physique) : il retraduit les contraintes extérieures selon sa propre logique. Cette logique propre tient à la structure du champ et à son histoire. Une telle approche (aussi valable pour les productions culturelles que pour la science, la philosophie ou le droit) permet d’échapper aux approches purement internalistes comme à toutes les formes de réductionnisme sociologique.

La structure du champ se définit selon la distribution (inégale) du capital spécifique en son sein : les agents dotés du capital spécifique le plus élevé occupent des positions dominantes, ceux qui sont faiblement dotés, souvent les nouveaux entrants, occupent des positions dominées. Rompant avec le substantialisme (en s’appuyant notamment sur l’ouvrage d’Ernst Cassirer Substance et fonction3 ) comme avec l’interactionnisme (l’interactionnisme symbolique mais aussi l’interactionnisme spontané qui prévaut dans l’histoire littéraire et l’histoire de l’art, où la propension à singulariser les trajectoires attise l’intérêt pour les relations interpersonnelles), cette approche topographique se veut structurale (relationnelle) et objectiviste : unis par la concurrence autour d’un même enjeu, l’acquisition de capital spécifique, les agents sont objectivement définis les uns par rapport aux autres indépendamment des interactions entre eux. Interactions que l’analyse objectiviste permet du reste d’expliquer par les dispositions communes, les espèces de capital (culturel, économique, social, politique) détenues et les positions occupées dans le champ et dans l’espace social : une analyse de réseaux, purement descriptive, prend ainsi tout son sens à la lumière des propriétés objectives des individus.

Si sa théorie des champs, tout comme sa conception de l’espace social, est redevable à la méthode structuraliste, qu’il emploie non seulement pour analyser la vision du monde d’un groupe mais aussi les rapports sociaux eux-mêmes, Bourdieu retient du marxisme une conception dynamique de ces rapports, laquelle découle de leur dimension agonistique. La lutte de concurrence est en effet l’expression des principes d’opposition qui structurent le champ et déterminent les antagonismes et les alliances (selon le principe d’attraction-répulsion)4 . Ces principes d’opposition fondent aussi l’homologie structurale entre champs.

Dans chaque champ les « dominés » s’opposent aux « dominants », ces derniers ayant tendance à préserver la définition dominante de l’activité en question (« orthodoxie »), quand les premiers seront plus disposés à la contester (« hétérodoxie »). Puisant dans la sociologie des religions de Max Weber5 , Bourdieu systématise l’opposition entre prêtre et prophète, à laquelle il confère un caractère paradigmatique, la transposant aux champs de production artistique où elle se greffe sur l’opposition entre producteurs consacrés et avant-gardes (par exemple, les membres de l’Académie française versus les surréalistes)6 . Une deuxième distinction structurante oppose les tenants de l’autonomie du champ, fondée sur le jugement des pairs formulé suivant des critères spécifiques de détermination de la valeur symbolique des produits, à ceux qui tendent à y importer des contraintes hétéronomes, idéologiques ou économiques.

Ces positions évoluent en fonction de divers facteurs, exogènes comme les situations de crise ou de politisation, ou endogènes, à savoir les luttes internes et le vieillissement social. Si les facteurs exogènes contribuent à la synchronisation des champs (comme en Mai 19687 ), les facteurs endogènes imposent une temporalité propre à chacun d’eux, autre signe de leur autonomie relative. Qui plus est, les champs relativement autonomes se caractérisent par leur autotélisme ou auto-référentialité, c’est-à-dire la référence à leur propre histoire : c’est le cas des champs de production culturelle (littéraire, artistique, musical) comme des champs scientifique et juridique, où l’on ne peut ignorer les problématiques passées et les solutions apportées sous peine de s’en exclure.

Ainsi, le champ est un espace des possibles dans lequel les prises de position – c’est-à-dire les choix entre différentes options plus ou moins constituées comme telles – se définissent par des écarts significatifs (selon le modèle de la linguistique structurale), écarts qui prennent tout leur sens par rapport à l’histoire du champ (par exemple, l’opposition entre musique tonale et atonale, ou entre philosophie analytique et « continentale »). Pour cette raison, le sujet de l’œuvre n’est ni l’individu, ni la classe comme le suggère Lucien Goldman mais, selon Bourdieu, le champ dans son ensemble.

La notion d’espace des possibles rejoint en cela le concept foucaldien de « champ de possibilité stratégiques », mais elle s’en démarque notamment par l’usage très particulier que Bourdieu fait du concept de « stratégie » pour appréhender les formes d’investissement différenciées des agents8 . Loin de supposer une action rationnelle et réflexive, voire cynique, le concept de stratégie renvoie, dans la théorie de la pratique de Bourdieu, à la marge d’improvisation des agents par rapport aux contraintes extérieures auxquelles ils sont confrontés et à leurs dispositions. Dans la théorie des champs, il s’articule au concept d’illusio, qui fonde l’adhésion des individus au jeu, leur croyance dans l’activité concernée, et pointe vers la recherche de profits spécifiques au champ considéré, profits souvent plus symboliques qu’économiques. Le concept de stratégie vise en effet à décrire la rencontre entre une trajectoire sociale et un espace des possibles. Cette trajectoire est largement déterminée par l’habitus de l’individu, c’est-à-dire par les structures sociales qu’il a incorporées au cours de sa socialisation sous forme de dispositions et qui structurent à leur tour ses schèmes de perception, d’action et d’évaluation (son goût). La question du rapport entre les propriétés sociales des individus et leurs prises de position dans le champ n’est donc pas un donné mais un objet central dans l’étude du fonctionnement d’un champ.

Vers une théorie générale des champs

À partir des années 1970, Bourdieu élabore le projet d’une théorie générale des champs qui ne verra pas le jour de son vivant mais dont de nombreuses traces subsistent, des séminaires et conférences qu’il y a consacrés9 , aux recherches que lui-même, des membres de son équipe et ses élèves ont engagées sur certains champs spécifiques : littéraire, religieux, scientifique, politique, juridique, académique, philosophique, artistique, économique, éditorial, sous oublier la haute couture. Comme il est impossible de recenser ici tous les travaux ayant mis en œuvre ce concept, on se bornera à dégager d’un côté l’apport de la théorie des champs à l’étude des différentes sphères d’activité et, de l’autre, la contribution de ces terrains à la théorie générale.

La réflexion sur les champs de production culturelle, qui remonte au début des années 196010 , vise à fonder une science des œuvres dépassant l’alternative entre l’analyse interne, alors incarnée, dans les études littéraires, par le New Criticism et surtout par le structuralisme, et l’analyse externe, clivée entre l’approche biographique singularisante (dont L’Idiot de la famille de Sartre est l’exemple le plus magistral) et le réductionnisme de la théorie marxiste. Contre le mythe du créateur incréé forgé par l’idéologie romantique, la théorie des champs rappelle que les producteurs culturels n’échappent pas aux déterminations sociales et qu’ils ne créent pas isolément. Contre la notion de « reflet », elle souligne que ces déterminations sont médiatisées, réfractées par le champ, c’est-à-dire par un espace des possibles préexistant, qu’il est nécessaire de reconstituer pour rendre compte des principes de leurs choix esthétiques.

Le marché des biens symboliques, graphique.

Le marché des biens symboliques, graphique.

In Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », L'Année sociologique, n° 22, 1971, p. 114.

Cette réflexion soulève aussi deux questions historiques. La première concerne le processus d’autonomisation de ces champs, laquelle tient, selon Bourdieu, à trois conditions : l’apparition d’un groupe de producteurs qui se spécialisent dans l’activité en question (littérature, peinture, musique, sport) ; l’existence d’instances de consécration spécifiques ; la formation d’un marché des biens symboliques, qui renverse l’ordre de la demande et de l’offre par rapport au clientélisme qui prévalait sous l’Ancien Régime et qui se fondait sur la commande11 . Si la formation d’un tel marché s’observe dès la fin du XVIIIe siècle, le processus d’autonomisation ne s’opère ni au même moment ni de la même façon en littérature et en peinture : tandis que l’essor de l’édition et la libéralisation de l’imprimé au début du XIXe siècle livrent les écrivains à la loi impitoyable du marché du livre, le marché de l’art demeure fortement régulé jusqu’au milieu du siècle par une instance unique, l’Académie des Beaux-Arts, qui s’arroge le monopole de la consécration à travers le contrôle de l’accès au Salon12 . La multiplication des producteurs (corrélative à l’accroissement de la scolarisation) et le style de vie bohême adopté par ceux qui sont exclus du système académique ont cependant contribué à l’émergence d’un marché en marge de ce système, autour des sociétés d’artistes qui fonctionnaient comme des sortes de coopératives de vente.

Alors que le champ artistique se constitue contre l’État, garant du système académique, l’autonomie du champ littéraire doit s’affirmer par rapport au marché, lequel avait d’emblée relativisé le pouvoir de consécration de l’Académie française. Comme le décrit Bourdieu dans Les Règles de l’art, contre le circuit de grande production, régi par la logique de marché, se forme, au milieu du XIXe siècle, un pôle de production restreinte qui impose la primauté de la valeur symbolique des œuvres, établie sur la base de critères de jugement spécifiques élaborés par les pairs.

La production de la croyance, graphique.

Pierre Bourdieu, « La production de la croyance. Contribution à une économie des biens symboliques », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 13, 1977, graphique p. 24.

L’économie des biens symboliques est une « économie à l’envers », qui oppose à la rentabilité à court terme le processus de consécration des œuvres sur le long terme. Processus susceptible de conduire à la « canonisation » de certains auteurs ou artistes, à travers l’intégration de leurs œuvres, devenues « classiques », au patrimoine culturel national et universel, par le truchement du système scolaire notamment13 . Les instances de diffusion, en particulier les éditeurs, jouent un rôle majeur dans ce processus de production de la valeur, valeur économique au pôle de grande production, valeur symbolique au pôle de production restreinte14 .

En France, ce renversement a été opéré sous le Second Empire par les tenants de l’« art pour l’art », qui s’opposaient tant à « l’art social », c’est-à-dire à l’art engagé, qu’à l’école du « bon sens », laquelle réunissait les auteurs du pôle mondain du champ littéraire, proches des fractions dominantes de la classe dominante15 . Bourdieu analyse les modalités de la conquête de l’autonomie à travers cette double rupture opérée notamment par Flaubert et Baudelaire. Il qualifie ce dernier de « nomothète » en ce qu’il instaure un nouveau nomos dans le champ littéraire, caractérisé par l’indépendance à l’égard des puissances externes, économiques ou politiques, et par l’anomie faite loi. En s’affranchissant de la demande bourgeoise pour affirmer le primat de l’esthétique pure, qui va de pair avec un ethos associant rigueur du travail et anticonformisme, Flaubert et Baudelaire opèrent une « révolution symbolique » qui aura des conséquences durables sur le champ littéraire.

Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire », ARSS, n°&, 1991, p. 3-46.
Le champ littéraire, graphique.

Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 89, 1991, p. 3-46, graphique page p. 31.

Comment adviennent de telles « révolutions symboliques » ? C’est la deuxième question historique soulevée par la réflexion sur les champs de production artistiques, et qui concerne aussi le champ scientifique ou encore celui de la haute couture16 . Si cette question se fait jour dès les premières recherches de Bourdieu sur les univers culturels, on en trouve la formulation la plus aboutie dans ses cours du Collège de France consacrés au cas de Manet. La difficulté à appréhender ces révolutions symboliques tient au fait que nos propres catégories de perception esthétique en sont le produit. Il faut donc reconstituer la vision du monde antérieure à cette révolution, comme Bourdieu s’y attèle dans ce cours, en mettant en lumière les principes qui régissaient l’esthétique académique.

Ce code esthétique, soutenu par un monopole étatique, Manet va le détruire : contre l’importance accordée à la maîtrise technique (la perspective, le modelé, le clair-obscur) et au fini, il travaille la toile dans sa bi-dimensionnalité – ce qui l’amène à transgresser les lois de la perspective et le principe du modelé – et anoblit l’esquisse (en laquelle les maîtres de l’Académie ne voyaient qu’une première étape avant « l’invention », c’est-à-dire le travail de finition). En outre, il remet en cause la hiérarchie des objets, qui était indexée à leur hiérarchie sociale, et privilégie la référence à l’histoire de l’art plutôt qu’à l’histoire tout court – ce qui le conduit, sinon à vider l’œuvre de toute signification, du moins à la rendre ambiguë, et donc à rompre avec le principe de la lisibilité (le « message »), au point de susciter perplexité et interprétations contradictoires, quand ce ne sont pas rires moqueurs ou grondements scandalisés.

Manet, portrait, (date)

Manet, portrait.

Porter au jour les transformations des conditions de production, aussi bien techniques (l’invention du tube de couleur qui permet la peinture en plein air) que morphologiques (la croissance de la population des artistes) et économiques (la formation d’un marché parallèle au système académique) permet de sortir d’une histoire idéaliste et individualisante, mais ne suffit pas à expliquer les révolutions symboliques. L’analyse sociologique doit aussi prendre en compte les dispositions des agents – ici de Manet : les importantes ressources économiques, culturelles et sociales que détenait ce fils d’un juge au tribunal de première instance issu d’une lignée de robins, sa formation au sein du système académique, sa grande culture picturale, la liberté que lui conférait sa situation de rentier et ses denses réseaux de relation, salons mondains d’un côté, cafés et milieu bohême de l’autre. Cette concentration extraordinaire d’atouts, associée à ce que Bourdieu appelle un « habitus clivé » entre les deux pôles du champ du pouvoir (économique et culturel), prédisposait Manet à accomplir cette révolution. Une révolution qui, comme toutes les « révolutions symboliques » se définit non par la destruction mais par l’intégration de ce qui l’a précédé : la rupture s’opère dans la continuité, comme en témoigne la pratique du pastiche. Ainsi, même dans ces univers où, contrairement au monde bureaucratique, les positions sont à faire, les pratiques les plus novatrices s’inscrivent dans une relation dialectique avec l’espace des possibles.

Le champ de la haute couture offre également un terrain d’observation privilégié des logiques de champ : production de la croyance dans le fétiche de la marque, selon un processus que Bourdieu compare au fonctionnement de la magie analysé par Mauss ; opposition structurale entre « rive droite » (Balmain) et « rive gauche » (Scherer) ; révolution symbolique accomplie par Courrèges qui, synchronisant une révolution interne avec des transformations sociales, substitue au discours sur la mode une réflexion sur le style de vie de la femme moderne, laquelle doit être à l’aise, libre et dégagée17 .

Modèle habillé par Balmain, 1954.
Modèle habillé par Scherer, 1983.
Modèle habillé par courrèges, 1968.

Modèle habillé par Balmain, 1954 ; Modèle habillé par Scherer, 1983 ; Modèle habillé par Courrèges, 1968.

Ce modèle d’analyse sert également à penser les conditions d’existence d’un champ scientifique relativement autonome, où le jugement des pairs prévaut sur les logiques hétéronomes (idéologique ou économiques), ainsi que les révolutions scientifiques18 . Le champ scientifique se différencie des champs de production culturelle par le fait que le public est constitué principalement de pairs, ce qui exacerbe la logique de la concurrence réglée pour l’accumulation de capital spécifique. Cette particularité permet à Bourdieu d’opposer au relativisme un rationalisme historiciste fondé sur la théorie du champ. En effet, l’introduction des intérêts sociaux, politique et économiques dans l’analyse des conditions de production des savoirs scientifiques conduit à un relativisme auquel le modèle proposé par Thomas Kuhn pour penser les révolutions scientifiques a ouvert la voie (sans que lui-même y souscrive). La sociologie des sciences a basculé d’un rationalisme fondé sur les normes professionnelles qui dictent l’ethos des savants (universalisme, communalisme, désintéressement, scepticisme), selon le modèle fonctionnaliste de Robert Merton, au relativisme de la sociologie des intérêts et des approches constructivistes. Si Bourdieu rompt avec la vision irénique d’une communauté scientifique agissant en coopération harmonieuse dans l’intérêt universel de la science, le concept de champ lui permet, tout en réintroduisant les rapports de force et intérêts extra-scientifiques qui traversent ces univers, d’affirmer que l’autonomie relative du champ et les règles qu’il impose garantissent la portée universelle des savoirs scientifiques. Le champ scientifique produit un « intérêt au désintéressement » qui, associé au contrôle collectif exercé par les pairs, est une des conditions de son autonomie, même si celle-ci n’est toujours que relative. L’analyse du fonctionnement du champ scientifique a, en outre, une valeur supplémentaire, en ce qu’elle contribue à la réflexivité des chercheurs sur leur activité.

L’ « effet de champ » s’observe tout particulièrement dans le champ philosophique, qui a atteint un haut degré de conceptualisation et où la maîtrise des références du passé est la condition sine qua non d’accès à la reconnaissance par les pairs. L’analyse de l’ontologie politique de Martin Heidegger, resituée dans le champ de production idéologique de son temps, révèle ainsi non seulement les schèmes éthico-politiques conservateurs, voire réactionnaires, que le philosophe, comme la plupart des mandarins dont la position dans le champ du pouvoir est en déclin, partage avec l’humeur « völkisch » – et qui fondent son adhésion au nazisme –, mais aussi la transsubstantiation que le travail de mise en forme philosophique leur fait subir, les euphémisant au point de les rendre méconnaissables. La censure spécifique du champ est donc à l’origine de cette opération de « sublimation philosophique ». L’effet de champ donne « un fondement objectif à l’illusion de l’autonomie absolue ». L’approche en termes de champ permet ainsi de dépasser l’alternative entre une lecture idéologique de l’œuvre et une lecture purement philosophique, alternative qui oppose encore à ce jour les commentateurs de Heidegger19 .

Outre l’étude sur Heidegger, le programme de recherche sur le champ scientifique, qui s’appuyait sur les travaux existants en histoire des sciences, est développé dans le cadre d’une enquête empirique sur le champ académique20 . Prenant pour objet les universitaires et chercheurs français des années 1960, elle se fonde sur une étude prosopographique qui combine propriétés sociales des individus et indicateurs des positions qu’ils occupent dans le champ. Ces indicateurs sont construits en distinguant différentes formes de capital, dans l’ordre temporel (hétéronome) et symbolique (autonome) : pouvoir universitaire, pouvoir scientifique, prestige scientifique et capital de notoriété intellectuelle. Les institutions – Université, organismes de recherche, Collège de France – y sont conçues à la fois comme des variables (l’appartenance à telle institution comme indicateur de la position occupée par les individus) et comme des agents à part entière dans le champ.

Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

Les données prosopographiques ont été soumises à une Analyse des Correspondances Multiples, méthode statistique privilégiée pour appréhender les principes de structuration d’un champ. Le champ académique apparaît structuré par l’opposition entre un pôle temporellement dominant, occupé par les facultés de droit et de médecine, et un pôle temporellement dominé, où se trouvent les facultés de science – les lettres et sciences humaines se situant entre ces deux pôles. Cette position intermédiaire en fait un lieu d’observation privilégié des luttes entre les deux formes de pouvoir académique, temporel et symbolique. Les facultés de lettres se divisent en effet entre un pôle d’universitaires tournés vers la reproduction du corps, donc vers l’exercice du pouvoir temporel dans l’ordre culturel, et un pôle d’agents tournés vers la recherche, appartenant plus souvent à des instances prestigieuses mais marginales comme le Collège de France, et qui sont davantage producteurs que reproducteurs (ils sont aussi plus souvent tournés vers l’international que les premiers). L’étude a ainsi permis de différencier deux types de consécration, temporelle et symbolique, qui ont leur équivalent dans les champs de production culturelle avec d’un côté le succès public et la reconnaissance institutionnelle (prix, académies), de l’autre la reconnaissance par les pairs et les critiques spécialisés (la critique constituant elle-même un champ structuré par des oppositions homologues).

Le degré de centralisation du champ varie en fonction de l’aptitude d’une institution à monopoliser le pouvoir de reproduction en son sein, par exemple l’Église catholique, l’Université ou le système académique des Beaux-Arts. Lorsqu’une institution atteint un haut degré de monopole dans un champ, on parlera de « corps » – au sens de la Corporatio des canonistes médiévaux – plutôt que de « champ »21 . La clôture du recrutement par des concours, par l’établissement d’un numerus clausus, etc., est une modalité de contrôle de l’accès au champ susceptible de conduire à sa transformation en corps en homogénéisant le recrutement social et en inculquant un « esprit de corps ». Cependant, il est rare que le recrutement social d’un champ soit aussi homogène, et les différences de statut (ou de corps dans le champ administratif) produisent souvent des principes d’opposition structurale, comme entre les membres de l’Académie des Beaux-Arts et les peintres bohêmes, ou entre juristes théoriciens et praticiens du droit (selon une opposition que Bourdieu emprunte à Weber).

ACM Homo academicus

Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

Un des avantages de la théorie des champs par comparaison à la sociologie des professions est qu’elle considère les activités, même lorsqu’elles ont atteint un certain niveau d’autonomie, comme toujours relativement hétéronomes (en analysant par exemple la manière dont les rapports de classe s’y réfractent à travers les habitus) et comme plus ou moins hétérogènes. Cette hétérogénéité peut résulter de conditions de travail et de statut (par exemple, les statuts d’indépendant, de salarié ou de fonctionnaire qui coexistent parfois dans un même domaine d’activité) ou du recrutement social (qu’il s’agisse des origines sociales ou des filières de formation opposant par exemple les anciens élèves d’Oxbridge ou des grandes écoles françaises aux étudiants inscrits à l’université). Masqués par l’idéologie professionnelle, de tels clivages sous-tendent souvent les rapports de force qui structurent les champs et les luttes internes qui sont à l’origine de leurs transformations. Le champ juridique sous l’Ancien Régime se différencie ainsi entre les juristes d’État, qui forment le pôle bureaucratique, les officiers de justice, qui revendiquent une certaine autonomie par rapport au pouvoir royal, et le bas clergé juridique, lequel parvient, sous la Révolution française, à renverser la hiérarchie des rapports de force avec la noblesse de Robe (à laquelle appartiennent les deux fractions précédentes), et à imposer la conception de l’État-nation22 .

Une autre propriété, consécutive au processus d’autonomisation des champs est la coupure entre spécialistes et profanes, qui exclut ces derniers de l’activité en délégitimant leur jugement. Cette dépossession des profanes, enracinée dans le modèle religieux distinguant clercs et laïcs, s’observe dans de nombreux univers professionnels (droit, médecine, architecture, science, sport) et surtout dans le champ politique. Dans ses études consacrées à ce dernier, Bourdieu analyse notamment le phénomène de la représentation et de la délégation qu’il suppose, phénomène qui est au cœur du travail de monopolisation de la politique par des professionnels23 .

Le champ politique est, avec le champ économique, un champ dominant au sein du champ du pouvoir. Ce dernier est structuré par l’opposition entre les détenteurs de capital économique et politique et ceux qui sont mieux dotés en capital culturel24 . À la faveur de l’idéologie néolibérale, le champ économique tend de plus en plus à subordonner les autres champs, notamment le champ politique (par l’intermédiaire du New Public Management), le champ journalistique25 et les champs de production culturelle (à travers les logiques de concentration et de fusion-acquisition des industries culturelles, dont Bourdieu a étudié les effets dans l’édition française des années 199026 ), en leur imposant sa logique de rentabilité. Un tel assujettissement menace l’autonomie de ces champs en renforçant le pôle hétéronome contre le pôle autonome, et pose la question des relations entre champs.

Pierre Bourdieu, Le champ journalistique et la télévision, mai 1996.

Usages du concept de champ et questions méthodologiques

Ayant suscité de nombreux travaux empiriques, le concept de champ a fait émerger des questions d’ordre méthodologique et théorique dont on donnera ici un aperçu. Bon nombre de ces recherches ont porté sur le champ littéraire27 , mais il existe des travaux conséquents sur d’autres univers – politique, juridique, intellectuel, journalistique, universitaire, artistique, cinématographique –, ainsi que sur des champs disciplinaires comme la philosophie, l’économie, la sociologie. Et si la plupart se sont concentrés sur le cas français, on compte quelques travaux marquants sur d’autres pays, à commencer par la recherche pionnière de Sergio Miceli sur les conditions d’émergence d’un champ intellectuel au Brésil28 .

L’analyse d’un champ requiert trois opérations : l’étude des instances spécifiques, la distribution des propriétés sociales des individus selon les positions occupées dans le champ, la reconstitution de l’espace des possibles (et de l’espace des prises de position effectives). Une série d’enquête prosopographiques ont été consacrées au champ littéraire français. Celle réalisée par Rémy Ponton portait sur 616 écrivains en activités dans la seconde moitié du XIXe siècle, et a révélé les écarts, du point de vue des propriétés sociales, entre des écrivains se réclamant de différentes écoles, comme les romanciers psychologues et les naturalistes (ces derniers étant moins dotés que leurs aînés)29 . Anne-Marie Thiesse a conduit une étude sur les écrivains régionalistes du début du XXe siècle, relégués, dans un pays centralisé comme la France, aux marges du champ littéraire30 . Pour sa recherche sur le champ littéraire français sous l’Occupation, l’auteure de cet article a étudié le fonctionnement des principales instances littéraires et réalisé une prosopographie de 185 écrivains français en activité à cette époque, exploitée à l’aide d’une Analyse des Correspondances Multiples31 .

D’autres études se sont focalisées sur une figure centrale, à l’image des analyses de Bourdieu consacrées à Flaubert et Baudelaire. Anna Boschetti a reconstitué la trajectoire de Sartre et mis en évidence la réunification qu’il opère entre champ littéraire et champ universitaire après la guerre ; elle a aussi construit des indicateurs de la position dominante qu’occupe le périodique qu’il lance, Les Temps modernes, dans le champ des revues intellectuelles (les citations entre revues et le capital culturel détenu par les membres du comité de rédaction, notamment)32 . La poésie, où la dimension formelle est plus prégnante et les règles de composition plus contraignantes, est un lieu d’observation privilégié des révolutions symboliques : Anna Boschetti a étudié celle opérée par Apollinaire en reconstituant l’espace des possibles à son époque33 , tandis que Pascal Durand a analysé celle qu’effectue le jeune Mallarmé en appliquant un traitement radical au matériau qu’il emprunte au post-romantisme34 . Pascale Casanova voit dans le refus de la représentation chez Samuel Beckett, une transposition du travail d’abstraction effectué au même moment en peinture, ce qui pose la question des emprunts d’un champ à l’autre35 . Les avant-gardes constituent également un terrain d’investigation fécond pour interroger les logiques de subversion à l’œuvre dans les champs de production culturelle36 . Des recherches ont aussi été engagées sur le champ littéraire allemand à différentes périodes37 .

Comme le champ littéraire, le champ académique a fait l’objet de travaux substantiels. Articulant les processus de professionnalisation et de spécialisation avec la constitution d’un champ, Jean-Louis Fabiani a étudié la formation sous la Troisième République d’un corps de professeurs de philosophie, dont il appréhende les structures mentales et les catégories de classement à travers les programmes, et l’émergence, en parallèle, d’un marché du livre philosophique qui se différencie de la production littéraire38 . La comparaison du recrutement social des champs littéraire et universitaire au début du XXe siècle effectuée par Christophe Charle montre quant à elle que les écrivains sont globalement mieux dotés que les universitaires parisiens39 . Dans son enquête sur les fondements de la croyance économique, Frédéric Lebaron a, de son côté, fait apparaître, au moyen d’une Analyse des Correspondances Multiples, l’opposition entre les économistes « purs » (néoclassiques et régulationnistes) dotés d’un fort capital scientifique et ceux qui disposent de ressources temporelles en raison des positions « politiques » qu’ils occupent comme consultants, conjoncturiste ou au sein d’entreprises40 .

Couverture Casanova
Couverture Durand
Norbert Bandier, Sociologie du surréalisme.

Norbert Bandier, Sociologie du surréalisme. 1924-1929, Paris, La Dispute, 1999 ; Pascale Casanova, Beckett l'abstracteur. Anatomie d'une révolution littéraire, Paris, Le Seuil, 1997 ; Pascal Durand, Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Le Seuil, 2008.

La réflexion de Bourdieu sur le problème de la représentation politique a ouvert un ensemble de questionnements portant, d’un côté, sur les propriétés sociales des professionnels de la politique, leurs variations dans le temps et dans l’espace41 , et de l’autre sur l’ensemble des individus participant au travail politique : conseillers, militants, sondeurs, ou spécialistes de la communication, dont l’importance grandissante tient à la dépendance croissante du champ politique à l’égard du champ médiatique. Par ailleurs, la conception de l’État comme méta-champ ouvre des perspectives pour renouveler l’étude de politiques publiques42 .

Nombre de travaux ont soulevé des questions sur les relations entre champs : relations de subordination (ainsi, la production intellectuelle ne commence à s’autonomiser du champ religieux qu’au XVIIIe siècle), de dépendance, de hiérarchie (entre disciplines au sein du champ académique, par exemple) ou d’échange (entre champ littéraire et champ artistique). Les études sur la politisation du champ intellectuel dans des moments de crise entraînant une perte d’autonomie, qu’il s’agisse de l’Affaire Dreyfus ou plus encore du champ littéraire français sous l’Occupation allemande43 , révèlent que les prises de position politiques sont fortement liées aux positions occupées par les agents dans leur champ de référence. Ces études confirment de la sorte l’effet de réfraction exercé par le champ sur les contraintes extérieures, tout en mettant en lumière le rôle hétéronome que jouent certaines instances situées à la charnière du champ du pouvoir, comme l’Académie française.

Cette homologie structurale entre positions dans le champ littéraire ou intellectuel et prises de position politiques se manifeste aussi dans les formes différenciées que prend la politisation aux différents pôles du champ littéraire ou intellectuel, selon la position dominante ou dominée, le degré d’autonomie, et le degré de spécialisation pour ce dernier44 . Les logiques hétéronomes induites par la subordination aux champs religieux et politique ont également été abordées dans les cas des intellectuels catholiques et communistes, ces derniers mettant en jeu les conditions de « l’obéissance » politique45 . Les rapports entre champ journalistique et champ économique ont été appréhendés notamment par le biais du champ de la presse économique46 .

L’historicité fondamentale des champs pose le problème de leur genèse et de leur temporalité. Alain Viala, auteur d’un ouvrage de référence sur la Naissance de l’écrivain, fait remonter au XVIIe siècle le début du processus d’autonomisation du champ littéraire, avec l’apparition des palmarès d’écrivains, la revendication des droits d’auteur et l’officialisation de l’Académie française, qui se voit déléguer les pouvoirs de légiférer en matière linguistique et littéraire47 . C’est pourquoi il conteste, avec Denis Saint-Jacques, la périodisation proposée par Bourdieu dans Les Règles de l’art48 . De son côté, Christian Jouhaud attire l’attention sur un paradoxe : l’autonomisation du champ littéraire passe par une dépendance renforcée à l’État, symbolisée par l’officialisation de l’Académie française49 . On peut dire qu’il en va de même pour le champ artistique, que l’État a élevé au rang d’art libéral avec la création de l’Académie des Beaux-Arts. Dans les deux cas néanmoins, s’il existe une instance de consécration et des producteurs plus ou moins spécialisés, il manque le troisième facteur d’autonomisation d’un champ, à savoir l’existence d’un marché permettant d’échapper au contrôle de l’État.

Les champs de production culturelle se situent ainsi entre l’État et le marché, qui exercent plus ou moins de contraintes sur eux, selon le régime et les conditions économiques. Si le marché leur a permis de s’autonomiser par rapport à l’État, celui-ci peut en retour les protéger des contraintes économiques par des lois (comme la loi française sur le prix unique du livre) ou des politiques d’aide à la création et à la production culturelle50 . Les travaux sur les régimes communistes, où le pouvoir de consécration était monopolisé par une instance contrôlée par le Parti communiste, l’Union des écrivains, ont montré cependant que des formes d’autonomie relative pouvaient se manifester même dans des contextes de forte hétéronomie et de dépendance à l’État51 . De même, il existe des logiques autonomes y compris dans les champs de production culturelle les plus dépendants du marché comme le cinéma, lequel se structure aussi selon l’opposition entre pôle de grande production et pôle de production restreinte52 , ce dernier étant fortement soutenu en France par l’État (à l’instar du pôle de production restreinte du champ éditorial). Si Bourdieu a analysé le processus d’autonomisation d’un pôle de production restreinte par rapport au marché, l’étude des procès littéraires offre un terrain privilégié pour appréhender les logiques hétéronomes qui continuent à peser sur la littérature, les attentes sociales dont elle est l’objet, ainsi que le processus de reconnaissance progressive de son autonomie par l’État à partir du XXe siècle53 . L’autonomisation du champ littéraire doit en outre être resituée par rapport à la division du travail intellectuel qui s’accroît au XIXe siècle54 .

La temporalité relativement autonome des champs est remise en cause dans les situations de crise ou de politisation extrême, qui produisent des effets de synchronisation, comme on l’a dit. Les transformations induites par ces situations obéissent-elles à des logiques antérieures spécifiques au champ de référence, comme le montrent des travaux sur le champ littéraire français sous l’Occupation ou en Mai 6855 ? Ou bien les crises, par la fluidité des conjonctures, créent-elles des dynamiques propres, c’est-à-dire indéterminées par les états antérieurs du champ56 ? Des logiques propres aux crises s’observent effectivement dans le remaniement des alliances et la reconfiguration des rapports de force qui s’ensuit. Il n’en demeure pas moins que ces transformations ne s’opèrent pas de façon aléatoire : elles peuvent s’expliquer à la double lumière des enjeux spécifiques au champ et des dispositions et ressources des agents57 .

Le concept de champ est un puissant outil heuristique de comparaison, qu’il s’agisse de différents états d’un même champ (par exemple, le champ littéraire français avant, pendant et après l’occupation allemande, ou encore les transformations du champ du pouvoir en France entre les années 1970 et les années 199058 ), ou des principes de structuration d’un champ dans deux pays différents. Par exemple, si le fonctionnement de l’édition en France et aux États-Unis présente des différences sur le plan juridique (importance de l’édition à but non lucratif aux États-Unis, contrairement à la France), sur le plan de l’intervention étatique (quasi absente aux États-Unis alors qu’elle est très présente en France) et sur le plan de la division du travail, la structure du champ éditorial, qui oppose dans les deux cas un pôle de grande production à un pôle de production restreinte, permet de procéder à une comparaison systématique pour comprendre la place qu’occupent les traductions dans ces deux espaces59 .

Pour ne pas tomber dans le piège du nationalisme méthodologique, la comparaison internationale doit cependant tenir compte des échanges entre champs nationaux comme des rapports de force dans lesquels ils sont encastrés, qui conditionnent la circulation des biens symboliques et des modèles entre cultures nationales60 . Les phénomènes d’importation et de réception doivent également être rapportés aux enjeux propres au champ d’accueil, comme l’illustrent les travaux sur l’importation en France du formalisme russe, des littératures d’Europe de l’Est pendant la période communiste, et des théories de la justice61 . L’étude de l’introduction de l’économie néolibérale et de la philosophie de droits de l’homme en Amérique latine fait apparaître les ressorts du processus de globalisation62 .

Les approches transnationales ont toutefois soulevé la question de la limite géographique des champs. Ce questionnement est d’abord apparu à propos des aires linguistiques, et plus particulièrement de l’espace littéraire francophone63 , puis s’est étendu à d’autres espaces transnationaux. Nombre de travaux sur les champs se sont inscrits dans un cadre national. Pourtant, Bourdieu ne dit nulle part que les champs sont nécessairement circonscrits aux bornes de l’État-nation. Leurs frontières ne sont pas données, elles évoluent dans le temps, et sont constamment remises en cause. Par conséquent, elles sont à construire par le chercheur. La nationalisation des champs professionnels et des champs de production culturelle est un fait historique lié à la monopolisation de l’éducation et du contrôle de l’accès aux professions organisées par l’État (à un degré inégal entre les pays) ainsi qu’à la construction des identités nationales64 . Toutefois, ces cultures nationales se sont formées en rapport les unes avec les autres, et ont rapidement constitué un espace international régi par des instances comme la Société des nations puis l’ONU, et pour le domaine de la culture et de la science, l’Institut international de coopération intellectuelle, relayé après la guerre par l’UNESCO, qui ont favorisé la circulation de modèles organisationnels et de personnes entre les pays65 . Parallèlement se formaient des marchés dont les frontières débordaient largement celles des État-nations, notamment à la faveur de leurs ambitions hégémoniques et du colonialisme (les aires linguistiques ainsi constituées sont devenues de cette façon des espaces de circulation de l’imprimé dans des langues véhiculaires comme l’anglais, le français, l’espagnol, le portugais et l’arabe).

Bourdieu a lui-même analysé le processus de formation d’un champ économique mondial, dominé par les multinationales et caractérisé entre autres par les délocalisations et les flux de capitaux66 . De même, le champ juridique, étroitement lié à l’État-nation, s’est fortement internationalisé en se mettant, à son pôle hétéronome, au service du marché67 . Si le champ politique demeure fortement national, la construction européenne favorise l’apparition d’un champ bureaucratique européen et l’émergence d’un champ juridique européen (bien qu’ils soient encore fortement dépendants des États-nations)68 . L’émergence d’espaces transnationaux plus ou moins autonomisés dépend toutefois de l’existence de lieux d’échange et d’instances de consécration spécifiques, qui les différencie d’un marché – par exemple, les congrès scientifiques internationaux ou le prix Nobel de littérature69 . L’espace de réception des révolutions symboliques circonscrit aussi un espace transnational, le décalage temporel et les logiques de retraduction des enjeux selon le champ d’accueil étant des indicateurs du degré d’autonomie des champs nationaux.

Mis à part le cas du Brésil cité précédemment, la réception internationale du concept de champ s’est effectuée, à partir de la fin des années 1980, par l’intermédiaire de spécialistes de littérature française, comme Jacques Dubois et Pascal Durand en Belgique, Joseph Jurt en Allemagne, Anna Boschetti en Italie, et en Israël par le biais du théoricien du polysystème Itamar Even-Zohar, qui a combiné sa théorie inspirée des formalistes russes à celle du champ70 . Il a également été introduit en Grèce et en Russie en ces mêmes années. Beaucoup moins utilisé aux États-Unis que les concepts de capital culturel et d’habitus, le champ, tel que Bourdieu l’avait théorisé, n’a commencé à y servir de programme de recherche qu’après sa mort en 2002. Il a notamment contribué à renouveler les études sur l’impérialisme et le colonialisme71 : les États coloniaux sont conçus, dans cette perspective, comme des méta-champs, qui incluent les champs étatiques dans les colonies, eux-mêmes traversés par des rapports de force et de concurrence entre différentes fractions du champ du pouvoir colonial en lutte pour la définition de la politique indigène72 . Le concept de champ est également de plus en plus introduit dans le domaine des relations internationales, où il est utilisé notamment pour penser les relations diplomatiques comme méta-champ73 . En sociologie du droit, une étude a été menée sur le champ de la justice pénale internationale, situé à l’intersection de trois champs transnationaux, celui des relations interétatiques, celui de la défense des droits de l’homme et celui, en voie d’internationalisation, de la justice pénale74 .

Champs organisationnels et champs d’action stratégique

Le concept de champ a en outre connu deux principales réélaborations théoriques inspirées de la théorie de Bourdieu, avec les notions de « champs organisationnels » et de « champs d’action stratégique ». La théorie néo-institutionnaliste des « champs organisationnels » développée par les sociologues américains Paul DiMaggio et Walter Powell vise à rendre compte des phénomènes d’isomorphisme institutionnel entre organisations appartenant à un même champ75 . Selon eux, le processus de rationalisation décrit par Weber tient désormais moins à la concurrence et à la recherche d’efficacité qu’à des facteurs proprement institutionnels. La contrainte (par voie autoritaire, légale ou encore sous forme de directives), le mimétisme face à des situations d’incertitude et les pressions normatives liées à la professionnalisation sont les trois mécanismes qui favorisent l’homogénéisation de ces champs. Il est par conséquent possible de prédire cette propension à la similitude en fonction du type et du degré de dépendance entre organisations d’un même champ, du degré d’incertitude quant aux rapports entre les moyens et les objectifs, ou encore du recrutement social de professionnels issus d’une même formation académique et/ou participant à des instances professionnelles.

Les enquêtes empiriques à partir desquelles ces sociologues ont construit leur analyse portent sur les modèles organisationnels pour la production de services culturels haut de gamme apparus aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, et sur l’homogénéisation progressive de l’édition académique américaine76 . DiMaggio a également forgé la notion d’« entrepreneur institutionnel » (institutional entrepreneur) pour désigner les figures fondatrices dans les champs en formation.

Largement nourri de la théorie du champ de Bourdieu, le concept de « champs d’action stratégique » élaboré par Neil Fligstein et Doug McAdam articule l’approche néo-institutionnaliste avec les théories de l’action collective pour penser la reproduction et le changement au niveau méso de l’ordre social77 . De la conception bourdieusienne, ils reprennent l’idée d’enjeux spécifiques, de règles du jeu, de positions inégales des agents et de lien entre cette position des acteurs et leur vision du monde. Cependant, ces champs d’action stratégiques sont moins stabilisés que les champs chez Bourdieu, leurs frontières sont mouvantes selon la définition de la situation et des enjeux. Ils peuvent s’ordonner sur un continuum en fonction de leur degré de consensus. Dans les cas de conflits déclarés, les luttes sont susceptibles de faire advenir un nouvel ordre. Ces luttes se jouent principalement entre « bénéficiaires » (incumbents) et « contestataires » (challengers), elles sont régulées par des « unités de gouvernance » qui contrôlent le fonctionnement du champ, et qui tendent généralement à la conservation de l’état des rapports de force. On reconnait ici l’équivalent des instances de consécration dont Bourdieu souligne le rôle déterminant dans les champs de production culturelle, ou d’autres types d’instances régulatrices.

Si le modèle des champs d’action stratégique partage la conception agonistique développée Bourdieu, il distingue plus nettement les fondements de l’action collective entre coercition, compétition et coopération, et donc les champs organisés hiérarchiquement de ceux où prévalent différentes formes de coalition. La question du rapport entre les individus et le champ, que Bourdieu problématisait au moyen des concepts d’habitus, de stratégie et de sens du jeu, est ici pensée en termes de compétences (skills) des acteurs à agir dans un champ. Loin d’être autarciques, ces champs d’action stratégiques entretiennent des relations avec d’autres champs environnants qui se différencient selon la distance ou la proximité, l’indépendance ou la dépendance (et dans certains cas l’interdépendance), et la distinction entre les champs étatique ou non étatiques – l’État étant conçu, à l’instar de la théorie de Bourdieu, comme un ensemble de champs.

Ces champs environnants jouent souvent un rôle majeur dans le changement, notamment par le biais de l’importation de modèles. Les transformations sont fréquemment provoquées par des chocs exogènes, qui offrent aux contestataires des opportunités inédites, mais ils requièrent aussi une mobilisation et la mise en œuvre de ressources organisationnelles ainsi que de moyens de contestation efficaces. Par exemple, le refus de Rosa Parks de céder sa place à un homme blanc dans un bus en 1955 et son arrestation consécutive n’étaient pas des actions nouvelles en elles-mêmes, mais les leaders du mouvement des droits civiques sont parvenus à mobiliser la population noire dans la ville de Montgomery, en Alabama, par l’intermédiaire des ministres du culte, dans une protestation collective de grande ampleur. Dans les « épisodes de contestation », on observe souvent le recours à des formes innovantes d’action collective, ainsi qu’un travail de (re)cadrage (framing) de la vision du monde établie, qui est susceptible de conduire à un nouvel accord institutionnel (institutional settlement).

Le concept de champ est donc un outil heuristique puissant pour explorer le niveau méso de l’activité sociale. Si divers usages du concept se sont fait jour en rapport avec les théories organisationnelles et celles de l’action collective, qui permettraient sans doute d’enrichir la théorie des champs de Bourdieu, leur domaine d’application reste plus limité que cette dernière. L’analyse des effets d’isomorphisme dans les « champs organisationnels » devrait en effet être contre-balancée par une étude des effets de différenciation, à l’œuvre notamment dans les champs de production culturelle78 . Quant à la notion de « champ d’action stratégique », sa conceptualisation est moins rigoureuse et moins historicisée que le concept de champ tel qu’élaboré par Bourdieu. Ce dernier continue par ailleurs, comme on l’a vu, à fonctionner comme un programme de recherche dans différents domaines, soulevant de nouvelles questions sur les champs coloniaux et transnationaux, ainsi que sur les relations entre champs.

Déplier la liste des notes et références
Retour vers la note de texte 1974

1

Sur ces origines, voir notamment : John Levi Martin, « What is Field Theory ? », American Journal of Sociology, vol. 109, n° 1, 2003, p. 1-49.

Retour vers la note de texte 200

2

Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, n° 22, 1971, p. 49-126.

Retour vers la note de texte 201

3

Ouvrage dont Bourdieu a publié la traduction en français dans sa collection, « le sens commun », aux Éditions de Minuit, voir : Ernst Cassirer, Substance et fonction. Éléments pour une théorie du concept, Paris, Éditions de Minuit, 1977 (éd. orig. 1910).

Retour vers la note de texte 202

4

Pierre Bourdieu, « Quelques propriétés des champs », in P. Bourdieu, Questions de sociologie [1980], Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 113-120.

Retour vers la note de texte 203

5

Pierre Bourdieu, « Une interprétation de la théorie de la religion selon Max Weber », Archives européennes de sociologie, vol. XII, n° 1, 1971, p. 3-21.

Retour vers la note de texte 204

6

Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, n° 22, 1971, p. 49-126.

Retour vers la note de texte 205

7

Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 226-242.

Retour vers la note de texte 219

8

Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969 ; Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l'action [1994], Paris, Le Seuil, 1996.

Retour vers la note de texte 207

9

Pierre Bourdieu, « Séminaires sur le concept de champ, 1972-1975 », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, 2013, p. 4-37 ; Pierre Bourdieu, « Quelques propriétés des champs », Questions de sociologie [1980], Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 113-120.

Retour vers la note de texte 208

10

Pierre Bourdieu, « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, n° 246, 1966, p. 865-906.

Retour vers la note de texte 209

11

Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », L'Année sociologique, n° 22, 1971, p. 49-126.

Retour vers la note de texte 210

12

Pierre Bourdieu, Manet. Une révolution symbolique, Paris, Le Seuil-Raisons d’agir, 2013.

Retour vers la note de texte 211

13

Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions de Minuit, 1992.

Retour vers la note de texte 212

14

Pierre Bourdieu, « La production de la croyance », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 13, 1977, p. 3-43.

Retour vers la note de texte 213

15

Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions de Minuit, 1992 ; voir aussi : Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, 1991, p. 4-46, et Pierre Bourdieu, The Field of Cultural Production (éd. Randal Johnson), Cambridge, Polity Press, 1993.

Retour vers la note de texte 214

16

Pierre Bourdieu, « Haute couture et haute culture » [1974-1975], in P. Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 196-206.

Retour vers la note de texte 215

17

Pierre Bourdieu, « Haute couture et haute culture » [1974-1975], in P. Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 200.

Retour vers la note de texte 1975

18

Pierre Bourdieu, « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2-3, 1976, p. 88-104 ; Pierre Bourdieu, « The Peculiar History of Scientific Reason », Sociological Forum, vol. 6, n° 1, 1991, p. 3-26 ; Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Liber-Raisons d’agir, 2001.

Retour vers la note de texte 217

19

Pierre Bourdieu, L’Ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Éditions de Minuit, 1988, p. 10 ; voir originellement : Pierre Bourdieu, « L’ontologie politique de Martin Heidegger », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 5-6, 1975, p. 109-156.

Retour vers la note de texte 218

20

Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

Retour vers la note de texte 220

21

Pierre Bourdieu, « Effet de champ et effet de corps », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 59, 1985, p. 73 ; Pierre Bourdieu, « Le fonctionnement du champ intellectuel », Regards sociologiques, n° 17-18, 1999, p. 5-27 ; Pierre Bourdieu, Manet. Une révolution symbolique, Paris, Le Seuil-Raisons d’agir, 2013.

Retour vers la note de texte 221

22

Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France. 1989-1992, Paris, Le Seuil-Raisons d’agir, 2011.

Retour vers la note de texte 222

23

Pierre Bourdieu, « Questions de politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 16, 1977, p. 55–89 ; Pierre Bourdieu, Propos sur le champ politique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2000.

Retour vers la note de texte 223

24

Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du goût, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

Retour vers la note de texte 224

25

Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Paris, Liber-Raisons d’agir, 1996.

Retour vers la note de texte 225

26

Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 126-127, 1999, p. 3-28.

Retour vers la note de texte 226

27

Pour un bilan, voir : Gisèle Sapiro, Sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, 2014.

Retour vers la note de texte 227

28

Sergio Miceli, Les Intellectuels et le pouvoir au Brésil (1920-1945), Grenoble-Paris, Presses Universitaires de Grenoble-Éditions de la MSH, 1981 (éd. orig. 1979).

Retour vers la note de texte 228

29

Rémy Ponton, Le Champ littéraire de 1865 à 1906 (recrutement des écrivains, structures des carrières et production des œuvres), thèse de doctorat de 3e cycle, Paris, Université Paris V, 1977.

Retour vers la note de texte 229

30

Anne-Marie Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF, 1991.

Retour vers la note de texte 231

31

Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains. 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

Retour vers la note de texte 232

32

Anna Boschetti, Sartre et « Les Temps Modernes ». Une entreprise intellectuelle, Paris, Éditions de Minuit, 1985.

Retour vers la note de texte 233

33

Anna Boschetti, La Poésie partout. Apollinaire, homme-époque (1898-1918), Paris, Le Seuil, 2001.

Retour vers la note de texte 234

34

Pascal Durand, Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Le Seuil, 2008.

Retour vers la note de texte 235

35

Pascale Casanova, Beckett l’abstracteur. Anatomie d’une révolution littéraire, Paris, Le Seuil, 1997.

Retour vers la note de texte 236

36

Norbert Bandier, Sociologie du surréalisme. 1924-1929, Paris, La Dispute, 1999 ; Éric Brun, Les Situationnistes. Une avant-garde totale (1950-1972), Paris, CNRS Éditions, 2014.

Retour vers la note de texte 237

37

Markus Joch, Norbert Wolf (dir.), Text und Feld. Bourdieu in der literaturwissenchaftlichen Praxis, Tubingen, Max Niemeyer Verlag, 2005 ; Heribert Tommek, Klaus-Michael Bodgal (dir.), Transformationen des literarischen Feldes in der Gegenwart. Sozialstruktur. Medien-Okonomien. Autorpositionen, Heidelberg, Synchron, 2012.

Retour vers la note de texte 238

38

Jean-Louis Fabiani, Les Philosophes de la République, Paris, Éditions de Minuit, 1988.

Retour vers la note de texte 239

39

Christophe Charle, Naissance des « intellectuels ». 1880-1900, Paris, Éditions de Minuit, 1990.

Retour vers la note de texte 240

40

Frédéric Lebaron, La Croyance économique. Les économistes entre science et politique, Paris, Le Seuil, 2000.

Retour vers la note de texte 241

41

Daniel Gaxie, « Les logiques de recrutement du personnel politique », Revue française de science politique, n° 1, 1980, p. 5-45.

Retour vers la note de texte 242

42

Vincent Dubois, « L’action de l’État, produit et enjeu des rapports entre espaces sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 201-202, 2014, p. 38-43.

Retour vers la note de texte 243

43

Voir respectivement : Christophe Charle, Naissance des « intellectuels ». 1880-1900, Paris, Éditions de Minuit, 1990 ; Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains. 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

Retour vers la note de texte 1976

44

Gisèle Sapiro, « Forms of Politicization in the French Literary Field », Theory and society, n° 32, 2003, p. 633-652 ; Gisèle Sapiro, « Modèles d’intervention politique des intellectuels. Le cas français », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 176-177, 2009, p. 8-31.

Retour vers la note de texte 245

45

Voir : Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004 ; Frédérique Matonti, Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique. La Nouvelle Critique (1967-1980), Paris, La Découverte, 2005.

Retour vers la note de texte 246

46

Julien Duval, Critique de la raison journalistique. Les transformations de la presse économique en France, Paris, Le Seuil, 2004 ; voir aussi : Rod Benson, Erik Neveu (dir.), Bourdieu and the Journalistic Field, Cambridge, Polity Press, 2004.

Retour vers la note de texte 247

47

Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, Éditions de Minuit, 1985.

Retour vers la note de texte 248

48

Denis Saint-Jacques et Alain Viala, « À propos du champ littéraire. Histoire, géographie, histoire littéraire », Annales HSS, vol. 49, n° 2, 1994, p. 395-406.

Retour vers la note de texte 249

49

Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000.

Retour vers la note de texte 1977

50

Gisèle Sapiro, « The Literary Field Between the State and the Market », Poetics, vol. 31, n° 5-6, 2003, p. 441-461.

Retour vers la note de texte 251

51

Lucia Dragomir, L’Union des écrivains. Une institution littéraire transnationale à l’Est. L'exemple roumain, Paris, Belin, 2007.

Retour vers la note de texte 252

52

Julien Duval, « L’art du réalisme. Le champ du cinéma français au début des années 2000 », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 161-162, 2006, p. 96-115 ; Julien Duval, Le Cinéma au XXe siècle : entre loi du marché et règle de l’art, Paris, CNRS Éditions, 2016.

Retour vers la note de texte 254

53

Gisèle Sapiro, La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXe-XXIe siècle), Paris, Le Seuil, 2011.

Retour vers la note de texte 1978

54

Gisèle Sapiro, « Autonomy Revisited. The Question of Mediations and its Methodological Implications », Paragraph, vol. 35, 2012, p. 30-48.

Retour vers la note de texte 256

55

Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains. 1940-1953, Paris, Fayard, 1999 ; Boris Gobille, « Les mobilisations de l’avant-garde littéraire française en Mai 1968. Capital politique, capital littéraire et conjoncture de crise », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 158, 2005, p. 30-53.

Retour vers la note de texte 257

56

Michel Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, 1992.

Retour vers la note de texte 1979

57

Gisèle Sapiro, « Structural History and Crisis Analysis. The Literary Field During WWII », in P. Gorski (dir.), Bourdieu and Historical Analysis, Durham, Duke University Press, 2012.

Retour vers la note de texte 259

58

Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains. 1940-1953, Paris, Fayard, 1999 ; François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, Sylvain Thine, « Le champ du pouvoir en France », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 190, 2011, p. 24-57.

Retour vers la note de texte 1980

59

Gisèle Sapiro, « Globalization and Cultural Diversity in the Book Market. The Case of Translations in the US and in France », Poetics, vol. 38, n° 4, 2010, p. 419-439.

Retour vers la note de texte 1981

60

Voir : Gisèle Sapiro, « Comparaison et échanges culturels : le cas des traductions », in O. Remaud, J.-F. Schaub, I. Thireau, Faire des sciences sociales. Comparer, Paris, Éditions de l’EHESS, 2012, p. 193-221 ; Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation. Book Translations as a Cultural World-System », European Journal of Social Theory, vol. 2 n° 4, 1999, p. 429-444 ; Gisèle Sapiro (dir.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, 2008.

Retour vers la note de texte 1192

61

Voir : Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées » [1990], Actes de la recherche en sciences sociales, n° 145, 2002, p. 3-8 ; Frédérique Matonti, « L’anneau de Mœbius », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 176-177, 2009, p. 52-67 ; Ioana Popa, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989), Paris, CNRS Éditions, 2010 ; Mathieu Hauchecorne, « Le professeur Rawls’ et le Nobel des pauvres’. La politisation différenciée des théories de la justice de John Rawls et Amartya Sen », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 176-177, 2009, p. 94-113.

Retour vers la note de texte 263

62

Yves Dezalay et Bryant G. Garth, The Internationalization of Palace Wars. Lawyers, Economists, and the Contest to Transform Latin American States, Chicago, University of Chicago Press, 2002.

Retour vers la note de texte 1257

63

Voir : Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées » [1990], Actes de la recherche en sciences sociales, n° 145, 2002, p. 3-8 ; Frédérique Matonti, « L’anneau de Mœbius », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 176-177, 2009, p. 52-67 ; Ioana Popa, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989), Paris, CNRS Éditions, 2010 ; Mathieu Hauchecorne, « Le professeur Rawls’ et le Nobel des pauvres’. La politisation différenciée des théories de la justice de John Rawls et Amartya Sen », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 176-177, 2009, p. 94-113.

Retour vers la note de texte 316

64

Gisèle Sapiro, « Le champ est-il national ? La théorie de la différenciation sociale au prisme de l’histoire globale », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, 2013, p. 70-85.

Retour vers la note de texte 317

65

Gisèle Sapiro (dir.), L’Espace intellectuel en Europe. De la formation des États-nations à la mondialisation. XIXe-XXIe siècles, Paris, La Découverte, 2009.

Retour vers la note de texte 319

66

Pierre Bourdieu, Les Structures sociales de l’économie, Paris, Le Seuil, 2000, p. 273-280.

Retour vers la note de texte 1982

67

Yves Dezalay, « The Big Bang and the Law. The Internationalization and Restructuration of the Legal Field », Theory, Culture & Society, vol. 7, 1990, p. 279-293.

Retour vers la note de texte 1983

68

Voir respectivement : Didier Georgakakis (dir.), Le Champ de l’eurocratie. Une sociologie politique du personnel de l’UE, Paris, Economica, 2012 ; Antoine Vauchez, « The Force of a Weak Field. Law and Lawyer in the Government of the European Union », International Political Sociology, n° 2, 2008, p. 128-144.

Retour vers la note de texte 322

69

Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, 1999.

Retour vers la note de texte 1984

70

Voir notamment : Sergio Miceli, Les Intellectuels et le pouvoir au Brésil (1920-1945), Grenoble-Paris, Presses universitaires de Grenoble-Éditions de la MSH, 1981 ; Jacques Dubois, Pascal Durand, « Champ littéraire et classes de textes », Littérature, n° 70, 1988, p. 5-2 ; Joseph Jurt, « Autonomie ou hétéronomie : le champ littéraire en France et en Allemagne », Regards sociologiques, n° 4, 1992, p. 3-16 ; Joseph Jurt. Das literarische Feld. Das Konzept Pierre Bourdieus in Theorie und Praxis, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1995 ; Itamar Even-Zohar, « Polysystem Studies », Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990, p. 1-262.

Retour vers la note de texte 1985

71

Julian Go, « Global Fields and Imperial Forms », Sociological Theory, vol. 6, n° 3, 2008, p. 201-229.

Retour vers la note de texte 1986

72

George Steinmetz, « The Colonial State as a Social Field. Ethnographic Capital and Native Policy in the German Overseas Empire before 1914 », American Sociological Review, vol. 73 n° 4, 2008, p. 589-612.

Retour vers la note de texte 1987

73

Didier Bigo, Michael R. Madsen (dir.), « A Different Reading of the International. Pierre Bourdieu and International Studies », International Political Sociology, vol. 5, n° 3, 2011, p. 219-224 ; Rebecca Adler-Nissen, « Inter- and Transnational Field(s) of Power. On a Field Trip with Bourdieu », International Political Sociology, vol. 5, 2011, p. 327–345 ; Rebecca Adler-Nissen (dir.), Bourdieu in International Relations. Rethinking Key Concepts in IR, New York, Routledge, 2013.

Retour vers la note de texte 1988

74

Peter Dixon, Chris Tenove, « International Criminal Justice as a Transnational Field. Rules, Authority and Victims », International Journal of Transitional Justice, 2013, p. 1-20.

Retour vers la note de texte 1989

75

Paul DiMaggio, Walter Powell, « The Iron Cage Revisited. Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Fields », American Sociological Review, vol. 48, n° 2, 1983, p. 147-160 ; Paul DiMaggio, Walter Powell (dir.), The New Institutionalism in Organizational Analysis, Chicago, University of Chicago Press, 1991.

Retour vers la note de texte 1990

76

Paul DiMaggio, « Cultural Entrepreneurship in Ninetenth Century. Part 1. The Creation of an Organizational Base for High Culture in America », Media, Culture and Society, n° 4, 1981, p. 33-50 ; Lewis A. Coser, Charles Kadushin, Walter W. Powell, Books. The Culture & Commerce of Publishing, New York, Basic Books, 1982.

Retour vers la note de texte 331

77

Neil Fligstein et Doug McAdam, A Theory of Fields, Oxford-New York, Oxford University Press, 2012.

Retour vers la note de texte 1258

78

Gisèle Sapiro, How do literary works cross borders (or not)?, Journal of World Literature, vol. 1, n° 1, 2016, p. 81-96.

Rebecca Adler-Nissen,  « Inter-and Transnational Field(s) of Power. On a Field Trip with Bourdieu », International Political Sociology, vol. 5, 2011, p. 327–345.

Rebecca Adler-Nissen (dir.), Bourdieu in International Relations. Rethinking Key Concepts in IR, New York, Routledge, 2013.

Paul Aron, « La littérature en Belgique francophone de 1930-1960 : débats et problèmes autour d’un ‘sous-champ’ », in M. Einfalt, U. Erzgräber, O. Ette, F. Sick (dir.), Intégrité intellectuelle/Intellektuelle Redlichkeit. Mélanges en l’honneur de Joseph Jurt, Memmingen, Universitätsverlag Winter Heidelberg, 2005, p. 417-427.

Norbert Bandier, Sociologie du surréalisme. 1924-1929, Paris, La Dispute, 1999.

Didier Bigo, Michael R. Madsen (dir.),  « A Different Reading of the International. Pierre Bourdieu and International Studies », International Political Sociology, vol. 5, n° 3, 2011, p. 219-224.

Rod Benson, Erik Neveu (dir.), Bourdieu and the Journalistic Field, Cambridge, Polity Press, 2004.

Anna Boschetti, Sartre et « Les Temps Modernes ». Une entreprise intellectuelle, Paris, Éditions de Minuit, 1985.

Anna Boschetti, La Poésie partout. Apollinaire, homme-époque (1898-1918), Paris, Le Seuil, 2001.

Pierre Bourdieu, « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, n° 246, 1966, p. 865-906.

Pierre Bourdieu, « Genèse et structure du champ religieux », Revue française de sociologie, t. XII, 1971, p. 295-334.

Pierre Bourdieu, « Une interprétation de la théorie de la religion selon Max Weber », Archives européennes de sociologie, vol. XII, n° 1, 1971, p. 3-21.

Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », L'Année sociologique, n° 22, 1971, p. 49-126.

Pierre Bourdieu, « L’ontologie politique de Martin Heidegger », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 5-6, 1975, p. 109-156.

Pierre Bourdieu, « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2-3, 1976, p. 88-104.

Pierre Bourdieu, « La production de la croyance », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 13, 1977, p. 3-43.

Pierre Bourdieu, « Questions de politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 16, 1977, p. 55–89.

Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du goût, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

Pierre Bourdieu, « La représentation politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 36-37, 1981, p. 3–24.

Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

Pierre Bourdieu, Questions de sociologie [1980], Paris, Éditions de Minuit, 1984.

Pierre Bourdieu, « Effet de champ et effet de corps », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 59, 1985, p. 73.

Pierre Bourdieu, « Existe-t-il une littérature belge ? Limites d’un champ et frontières politiques », Études de lettres, n° 4, 1985, p. 3-6.

Pierre Bourdieu, L’Ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Éditions de Minuit, 1988.

Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, 1991, p. 4-46.

Pierre Bourdieu, « The Peculiar History of Scientific Reason », Sociological Forum, vol. 6, n° 1, 1991, p. 3-26.

Pierre Bourdieu, Les Règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 1992.

Pierre Bourdieu, The Field of Cultural Production (éd. Randal Johnson), Cambridge, Polity Press, 1993.

Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l'action [1994], Paris, Le Seuil, 1996.

Pierre Bourdieu, Les Usages sociaux de la science, Paris, INRA, 1997.

Pierre Bourdieu, « Le fonctionnement du champ intellectuel », Regards sociologiques, n° 17-18, 1999, p. 5-27.

Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l'édition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 126-127, 1999, p. 3-28.

Pierre Bourdieu, Propos sur le champ politique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2000.

Pierre Bourdieu, Les Structures sociales de l’économie, Paris, Le Seuil, 2000.

Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Liber-Raisons d’agir, 2001.

Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées » [1990], Actes de la recherche en sciences sociales, n° 145, 2002, p. 3-8.

Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France. 1989-1992, Paris, Le Seuil-Raisons d’agir, 2011.

Pierre Bourdieu, « Séminaires sur le concept de champ, 1972-1975 », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, 2013, p. 4-37.

Pierre Bourdieu, Manet. Une révolution symbolique, Paris, Le Seuil-Raisons d’agir, 2013.

Éric Brun, Les Situationnistes. Une avant-garde totale (1950-1972), Paris, CNRS Éditions, 2014.

Pascale Casanova, Beckett l’abstracteur. Anatomie d’une révolution littéraire, Paris, Le Seuil, 1997.

Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, 1999.

Pascale Casanova, Kafka en colère, Paris, Le Seuil, 2011.

Ernst Cassirer, Substance et fonction. Éléments pour une théorie du concept, Paris, Éditions de Minuit, 1977 (éd. orig. 1910).

Christophe Charle, Naissance des « intellectuels ». 1880-1900, Paris, Éditions de Minuit, 1990.

Lewis A. Coser, Charles Kadushin, Walter W. Powell, Books. The Culture & Commerce of Publishing, New York, Basic Books, 1982.

François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, Sylvain Thine, « Le champ du pouvoir en France », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 190, 2011, p. 24-57.

Yves Dezalay, « The Big Bang and the Law. The Internationalization and Restructuration of the Legal Field », Theory, Culture & Society, vol. 7, 1990, p. 279-293.

Yves Dezalay, « Les courtiers de l'international. Héritiers cosmopolites, mercenaires de l'impérialisme et missionnaires de l'universel », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 151-152, 2004, p. 4-35.

Yves Dezalay, Bryant G. Garth, The Internationalization of Palace Wars. Lawyers, Economists, and the Contest to Transform Latin American States, Chicago, University of Chicago Press, 2002.

Yves Dezalay, Michael R. Madsen, « The Force of Law and Lawyers. Pierre Bourdieu and the Reflexive Sociology of Law », Annual Review of Law and Social Science, n° 8, 2012, p. 433–452.

Paul DiMaggio, « Cultural Entrepreneurship in Ninetenth Century. Part 1. The Creation of an Organizational Base for High Culture in America », Media, Culture and Society, n° 4, 1981, p. 33-50.

Paul DiMaggio, Walter Powell, « The Iron Cage Revisited. Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Fields », American Sociological Review, vol. 48, n° 2, 1983, p. 147-160.

Paul DiMaggio, Walter Powell (dir.), The New Institutionalism in Organizational Analysis, Chicago, University of Chicago Press, 1991.

Peter Dixon, Chris Tenove, « International Criminal Justice as a Transnational Field. Rules, Authority and Victims », International Journal of Transitional Justice, 2013, p. 1-20.

Michel Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, 1992.

Lucia Dragomir, L’Union des écrivains. Une institution littéraire transnationale à l'Est. L'exemple roumain, Paris, Belin, 2007.

Jacques Dubois, Pascal Durand, « Champ littéraire et classes de textes », Littérature, n° 70, 1988, p. 5-2.

Vincent Dubois, « L’action de l’État, produit et enjeu des rapports entre espaces sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 201-202, 2014, p. 38-43.

Pascal Durand, Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Le Seuil, 2008.

Julien Duval, Critique de la raison journalistique. Les transformations de la presse économique en France, Paris, Le Seuil, 2004.

Julien Duval, « L'art du réalisme. Le champ du cinéma français au début des années 2000 », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 161-162, 2006, p. 96-115.

Julien Duval, Le Cinéma au XXe siècle : entre l’art et l’argent, Paris, CNRS Éditions, 2016.

Itamar Even-Zohar, « Polysystem Studies », Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990, p. 1-262.

Jean-Louis Fabiani, Les Philosophes de la République, Paris, Éditions de Minuit, 1988.

Neil Fligstein, Doug McAdam, A Theory of Fields, Oxford-New York, Oxford University Press, 2012.

Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969.

Daniel Gaxie, « Les logiques de recrutement du personnel politique », Revue française de science politique, n° 1, 1980, p. 5-45.

Didier Georgakakis (dir.), Le Champ de l’eurocratie. Une sociologie politique du personnel de l’UE, Paris, Economica, 2012.

Julian Go, « Global Fields and Imperial Forms », Sociological Theory, vol. 6, n° 3, 2008, p. 201-229.

Boris Gobille, « Les mobilisations de l’avant-garde littéraire française en Mai 1968. Capital politique, capital littéraire et conjoncture de crise », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 158, 2005, p. 30-53.

Mathieu Hauchecorne, « Le ‘professeur Rawls’ et ‘le Nobel des pauvres’. La politisation différenciée des théories de la justice de John Rawls et Amartya Sen », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 176-177, 2009, p. 94-113.

Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation. Book Translations as a Cultural World-System », European Journal of Social Theory, vol. 2, n° 4, 1999, p. 429-444.

Markus Joch, Norbert Wolf (dir.), Text und Feld. Bourdieu in der literaturwissenchaftlichen Praxis, Tubingen, Max Niemeyer Verlag, 2005.

Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000.

Joseph Jurt, « Autonomie ou hétéronomie : le champ littéraire en France et en Allemagne », Regards sociologiques, n° 4, 1992, p. 3-16.

Joseph Jurt. Das literarische Feld. Das Konzept Pierre Bourdieus in Theorie und Praxis, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1995.

Frédéric Lebaron, La Croyance économique. Les économistes entre science et politique, Paris, Le Seuil, 2000.

John Levi Martin, « What is Field Theory ? », American Journal of Sociology, vol. 109, n° 1, 2003, p. 1-49.

Frédérique Matonti, Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique. La Nouvelle Critique (1967-1980), Paris, La Découverte, 2005.

Frédérique Matonti, « L’anneau de Mœbius », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 176-177, 2009, p. 52-67.

Sergio Miceli, Les Intellectuels et le pouvoir au Brésil (1920-1945), Grenoble-Paris, Presses Universitaires de Grenoble-Éditions de la MSH, 1981 (éd. orig. 1979).

Rémy Ponton, Le Champ littéraire de 1865 à 1906 (recrutement des écrivains, structures des carrières et production des œuvres), thèse de doctorat de 3e cycle, Paris, Université Paris V, 1977.

Ioana Popa, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989), Paris, CNRS Éditions, 2010.

Denis Saint-Jacques, Alain Viala, « À propos du champ littéraire. Histoire, géographie, histoire littéraire », Annales HSS, vol. 49, n° 2, 1994, p. 395-406.

Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains. 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

Gisèle Sapiro, « Forms of Politicization in the French Literary Field », Theory and society, n° 32, 2003, p. 633-652.

Gisèle Sapiro, « The Literary Field Between the State and the Market », Poetics, vol. 31, n° 5-6, 2003, p. 441-461.

Gisèle Sapiro (dir.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, 2008.

Gisèle Sapiro (dir.), L’Espace intellectuel en Europe. De la formation des États-nations à la mondialisation. XIXe- XXIe siècles, Paris, La Découverte, 2009.

Gisèle Sapiro, « Modèles d’intervention politique des intellectuels. Le cas français », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 176-177, 2009, p. 8-31.

Gisèle Sapiro, « Globalization and Cultural Diversity in the Book Market. The Case of Translations in the US and in France », Poetics, vol. 38, n° 4, 2010, p. 419-439.

Gisèle Sapiro, La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXe-XXIe siècles), Paris, Le Seuil, 2011.

Gisèle Sapiro, « Autonomy Revisited. The Question of Mediations and its Methodological Implications », Paragraph, vol. 35, 2012, p. 30-48.

Gisèle Sapiro, « Structural History and Crisis Analysis. The Literary Field During WWII », in P. Gorski (dir.), Bourdieu and Historical Analysis, Durham, Duke University Press, 2012.

Gisèle Sapiro, « Comparaison et échanges culturels : le cas des traductions », in O. Remaud, J.-F. Schaub, I. Thireau (dir.), Faire des sciences sociales. Comparer, Paris, Éditions de l’EHESS, 2012, p. 193-221.

Gisèle Sapiro, « Le champ est-il national ? La théorie de la différenciation sociale au prisme de l'histoire globale », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, 2013, p. 70-85.

Gisèle Sapiro, Sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, 2014.

Gisèle Sapiro, « How do Literary Works Cross Borders (or not) ? », Journal of World Literature, vol. 1, n° 1, 2016, p. 81-96.

Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004.

George Steinmetz, « The Colonial State as a Social Field. Ethnographic Capital and Native Policy in the German Overseas Empire before 1914 », American Sociological Review, vol. 73 n° 4, 2008, p. 589-612.

Anne-Marie Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF, 1991.

Heribert Tommek, Klaus-Michael Bodgal (dir.), Transformationen des literarischen Feldes in der Gegenwart. Sozialstruktur. Medien-Okonomien. Autorpositionen, Heidelberg, Synchron, 2012.

Antoine Vauchez, « The Force of a Weak Field. Law and Lawyer in the Government of the European Union », International Political Sociology, n° 2, 2008, p. 128-144.

Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, Éditions de Minuit, 1985.

Alain Viala, « Effets de champ, effets de prisme », Littérature, n° 70, 1998, p. 64-72.