L'édition française de Mein Kampf

Le projet français d’édition critique de Mein Kampf a été lancé à l’initiative des éditions Fayard. Depuis 2015, Florent Brayard, docteur en histoire, habilité à diriger les recherches, directeur de recherche au CNRS (équipe Histoire et historiographie de la Shoah, Centre de recherches historiques, EHESS-CNRS) a la responsabilité de cette entreprise scientifique qui s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec l’Institut für Zeitgeschichte de Munich.

En janvier 2016, en effet, l’Institut a publié la première édition critique complète de Mein Kampf, à l’occasion de la cessation du copyright de l’ouvrage, soixante-dix ans après la mort de son auteur, conformément au droit international de la propriété intellectuelle. Cette édition est le résultat d’un chantier collectif sous la responsabilité de Christian Hartmann, avec Thomas Vordermayer, Othmar Plöckinger et Roman Töppel.

Un soldat américain lit Mein Kampf en 1945, dans Berlin en ruines.

Un soldat américain inspecte des tas de livres nazis, dont Mein Kampf, qui ont été trouvés dans une école allemande.

L’édition française constitue une adaptation, à destination du public français, de cette édition critique. Elle sera donc co-dirigée par Florent Brayard et Andreas Wirsching, directeur de l’Institut für Zeitgeschichte.

Une nouvelle traduction du texte de Hitler a été établie par Olivier Mannoni, en collaboration avec l’équipe scientifique française.

Cette équipe comporte onze membres, historiens ou germanistes français ou allemands. 

L’édition critique française s’inscrit dans le paysage académique. Elle est portée par l’équipe Histoire et historiographie de la Shoah au sein du Centre de recherches historiques (UMR 8558, EHESS-CNRS). Elle bénéficie d’un financement du LabEx Tepsis pour trois ans, en tant qu’atelier international et du soutien de l’Institut historique allemand de Paris.

L’entreprise est placée sous l’égide d’un comité scientifique international.

Le projet d’édition critique s’inscrit pleinement dans la discussion académique française, à travers l’organisation de ou la participation à différents événements scientifique :

 

  • Premier semestre 2017 : Séminaire mensuel « Lire et éditer Mein Kampf », Histoire et historiographie de la Shoah, CRH, EHESS, Paris

D’autres événements sont prévus dans les mois qui viennent.

L’édition critique française de Mein Kampf n’est pas une entreprise commerciale. Les éditions Fayard s’engagent à verser les droits d’auteurs et les éventuels bénéfices liés à la publication à une institution visant à favoriser la mémoire de la Shoah.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Repenser l'espace public

Depuis le XVIIIe siècle, la séparation public-privé structure nos sociétés. Alors que dans la sphère privée, l'individu construit un rapport à soi et s'affirme en tant que tel, dans la sphère publique, les différents acteurs sociaux s'expriment sur ce que devrait être l'intérêt général et contribuent ainsi à construire la notion du bien commun. Retours sur les différentes formes de l'espace public.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

Faire des sciences sociales 

Guidés par quelques intuitions et armés de leur réflexivité, les chercheurs en sciences sociales construisent leurs objets, élaborent des dispositifs d'enquête, interprètent les données de terrain. La démarche scientifique est ainsi une contribution à l'interprétation du monde.

Une collection de contenus sélectionnée sur Politika

La Turquie de l'Empire ottoman à nos jours

La Turquie, depuis le tournant autoritaire du président turc Recep Tayyip Erdogan, est au cœur des enjeux nationaux et internationaux. Les notices relatives à la Turquie présentées ici interrogent le rapport au pouvoir au sein de cet espace et ce, dans la longue durée. Ces dernières font la part belle aux acteurs sociaux tels que l’État, les notables locaux, etc., via l’exploration et l’analyse du processus de modernisation dans l’Empire ottoman et en Turquie ainsi que des ressorts de la domination étatique.